Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique portugaise.

Forum dédié à la vie politique sur le "vieux continent". Réagissez sur les institutions européennes, les élections ou les décisions politiques de nos voisins européens.

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Dim 16 Oct 2016 22:53

Il reste 5 communes à dépouiller et 14 sièges à attribuer ( 9 sur Sao Miguel + les 5 de compensation)

Assemblée régionale des Açores (57 sièges)

Participation : 40,87 % (- 7 pts)

PS : 46,86 % / 24 sièges
PSD : 30,23 % / 15 sièges
CDS-PP : 7,46 %/ 2 sièges
BE : 3,57 % /
CDU : 2,68 % / 1 siège
PPM : 0,93 % / 1 siège (il conserve son siège sur Corvo)

Reste à attribuer : 14 sièges

Pour l'instant, le PS perd un siège sur Flores (au profit de la CDU) et 1 sur Sao Jorge (qui passe à 3 sièges contre 4 auparavant/ Sao Miguel passe de 19 à 20 sièges)
Et il en gagne 1 sur Graciosa sur le PSD.
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Dim 16 Oct 2016 23:12

ploumploum a écrit:Il reste 5 communes à dépouiller et 14 sièges à attribuer ( 9 sur Sao Miguel + les 5 de compensation)

Assemblée régionale des Açores (57 sièges)

Participation : 40,87 % (- 7 pts)

PS : 46,86 % / 24 sièges
PSD : 30,23 % / 15 sièges
CDS-PP : 7,46 %/ 2 sièges
BE : 3,57 % /
CDU : 2,68 % / 1 siège
PPM : 0,93 % / 1 siège (il conserve son siège sur Corvo)

Reste à attribuer : 14 sièges

Pour l'instant, le PS perd un siège sur Flores (au profit de la CDU) et 1 sur Sao Jorge (qui passe à 3 sièges contre 4 auparavant/ Sao Miguel passe de 19 à 20 sièges)
Et il en gagne 1 sur Graciosa sur le PSD.



Dépouillement terminé.

Assemblée régionale des Açores (57 sièges)

Participation : 40,83 % (- 7 pts)

PS : 46,43 % / 30 sièges (-1)
PSD : 30,89 % / 19 sièges (-1)
CDS-PP : 7,16 %/ 4 sièges (+1)
BE : 3,66 % / 2 sièges (+1)
CDU : 2,61 % / 1 siège (=)
PPM : 0,93 % / 1 siège (= / il conserve son siège sur Corvo)

Sur fond de forte hausse de l'abstention, le PS n'obtient que 46,4 % et recule de 2,6 pts et perd 1 siège. Mais il conserve sa majorité absolue.
Le PSD recule également : perte de 3 pts et d'un siège.
Le CDS-PP progresse de 1,5 pt et d'un siège.
BE : + 1,4 pt/ +1 siège.
CDU : + 0,7 pt

http://regionais2016.azores.gov.pt/
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Lun 9 Jan 2017 17:50

Décès de Mario Soares : une page se tourne pour le PS et le Portugal. La fin d'une ère comme titre O Expresso.


- Né en 1924, il étudie le droit à Lisbonne et devient avocat et prof. il aura pour enseignant un certain Alvaro Cunhal, qui n'est pas encore le leader charismatique du PCP. Soares adhérera au PCP (parti qui œuvre dans la clandestinité à l'époque)http://www.dn.pt/portugal/perfil/interior/mediano-advogado-e-professor-em-paris-5027324.html
- au milieu des années 50, il se rapproche et se lie d'amitié avec le Général Humberto Delgado, candidat à la présidentielle de 1958 et farouche opposant au régime salazariste. Le Général Sans Peur (General Sem Medo) sera logiquement battu (fraude massive) mais le régime changera ensuite de mode de scrutin. H.Delgado sera assassiné en 1965 par la PIDE, la police du régime....
http://www.dn.pt/portugal/perfil/interi ... 50332.html
- Soares s'éloigne du PCP mais il entreprend des actions contre la dictature. Ce qui lui vaudra une douzaine de séjours en prison dont 1 à Sao Tomé.
- Il s'exilera finalement en France en 1970 où il enseignera à Rennes-II et se liera d’amitié avec des cadres du PS (Mitterrand en tête) ou de jeunes pousses (comme Edmond Hervé)
- en 1973, il participe à la fondation du Parti Socialiste Portugais en Allemagne. Il en devient le premier Secrétaire-général.


La suite est connue :
- 3 jours après le 25 avril, Soares arrive à Lisbonne (dans le "Train de La Liberté") en héros. Il ira lui-même accueillir Cunhal, leader du PCP, qui était aussi en exil. Le 1er mai, les deux leaders charismatiques défilent ensemble côte-à-côte pour la 1ère et unique fois.
- mais la période post-révolution va durablement séparer les deux hommes et partis. Alors que le PCP veut une révolution dure et se rapprocher de l'URSS, Soares et le PS milite pour un régime démocratique. Le coup de force raté de l'aile dure du MFA (les Forces armées à l'origine du 25-Avril) en novembre 75 scellera la victoire du camp modéré.
Cela n'empêchera pas le PCP de voter en faveur de la Constitution d"but avril 1976.
Vainqueur du scrutin législatif en 1976, Mario Soares devient en juillet de la même année, le premier Premier Ministre de l'ère constitutionnel. Son premier Gvt tiendra un an et demi. Début 1978, il forme une coalition avec le CDS, seule formation qui se revendique de droite à l'époque (et seule formation qui avait voté contre la Constitution en 1976)
Le second gouvernement tiendra à peine 8 mois.
S'ensuit une longue période d'opposition (1978 à 1983)
En 1983, le PS remporte de nouveau le scrutin dans un contexte particulier : le PSD se cherche après avoir perdu son leader charismatique Sa Carneiro fin 1980, le pays connait une crise économique (aide du FMI) et cherche à se rapprocher de la CEE, et sur le plan institutionnel il y a la disparition du Conseil de la Révolution (composé essentiellement de militaires) qui veillait au respect des acquis du 25 Avril.
Soares forme une coalition avec le PSD et ainsi naît le Gvt du "Bloc Central", première et unique grande coalition à ce jour.
Ce sera un échec. Soares est contraint de démissionner au printemps 1985 après l'élection d'un jeune libéral à la tête du PSD (Cavaco Silva qui a alors 46 ans)
Le PS chute lourdement lors du scrutin anticipé d’octobre 1985 (seulement 57 élus et 21,3 %, nettement derrière le PSD et à peine devant le PRD du Président Eanes).
Affaibli par cette défaite et usé par 10 années au 1er plan, Soares se présente néanmoins à la présidentielle de 1986. Ce sera une bataille épique. Très bas dans les sondages, loin derrière le candidat unique de la droite et le candidat soutenu par le PCP, Soares entreprend une longue campagne de terrain et réduira progressivement son retard. Au soir du 1er tour, il arrive 2ème , 20 pts derrière Freitas do Amaral mais 5 pts devant Zenha (soutenu par les communistes). Au second tour, il l'emporte avec 51,2 % et 130 000 voix d'avance et de vient le Président " de tous les Portugais" A 61 ans, Mario Soares devient le premier civil à accéder à la Présidence de la République.

- Sa présidence sera marquée par la cohabitation avec Cavaco Silva, l'expansion économique et ses "présidences ouvertes", ces séjours de quelques jours un peu partout dans le pays pour se rapprocher des citoyens. Réélu triomphalement en 1991 (70 % et 3,45 millions de voix, un record qui tient toujours...), Soares en profite pour exercer un mandat plus actif politiquement. A tel point que Cavaco Silva (qui dispose d'une majorité absolue depuis 1987) le qualifiera dans ses mémoires de "premier agent de l'opposition"

- Après son départ de la présidence en 1996, Soares se met quelques temps en retrait. Mais le Premier Ministre Guterres le propose de devenir tête de liste PS aux européennes de 99. Il l'accepte et devient eurodéputé (commission des Affaires étrangères)
En 2005, à 81 ans, Soares se lance une dernière fois dans une campgne électorale en se présentant à la présidentielle de janvier 2006. ce sera un cuisant échec puisqu'il arrivera 3ème et la Cavaco Silva remporte le scrutin.
Malgré ce revers, Soares continue de participer régulièrement aux débats : conventions, congrès du PS, tribunes dans la presse.
Après la crise de 2011, il lance même un colloque pour recoller les morceaux à gauche et "Libérer le Portugal du joug de la Troika"
Il s'était mis en retrait de toute activité en 2015 ( à plus de 90 ans) après le décès de son épouse. Sa dernière apparition publique datait de juillet dernier pour la commémoration des 40 ans de l'investiture du 1er Gvt Constitutionnel.


L'Histoire joue parfois des tours puisque Soares aura eu le temps de voir "son" PS et le PCP se rapprocher (après 40 années de séparation !) pour former l'improbable union de la gauche et éjecter la droite du pourvoir. Les socialistes vont désormais devoir vivre sans la figure tutélaire...
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Sam 30 Sep 2017 15:35

Élections municipales de 2017 (Eleições autárquicas portuguesas de 2017)

Ce dimanche 1er octobre, près de 9,4 millions de portugais sont appelés à renouveler leurs élus locaux. Redevenus des élections de mi-mandat via la dissolution de 2011, ces élections constituent un gros test pour le Gvt minoritaire socialiste d'Antonio Costa, soutenu également par les deux autres forces de gauche.
Il y a 4 ans, sur fond de forte abstention et de crise économique, les électeurs avaient globalement sanctionné l’exécutif de droite au pourvoir.
Cette année, le contexte est bien différent. Alors que certains redoutaient un effondrement rapide de la coalition inédite de gauche accompagné d'un "désastre économique", c'est l'inverse qui s'est produit au grand dam de la droite. (L'ancien Premier Ministre Passos Coelho pronostiquait ainsi la "venue du diable" (Troika) à l'automne 2016). Depuis près de deux ans, il y a eu :
- retour des 4 fériés supprimés par la droite
- retour des 35 h dans la fonction publique
- augmentation des prestation sociales
- réduction progressive des impôts
- augmentation du SMIC de plus de 10 % en deux ans
- les exportations augmentent à un rythme soutenu
- le chômage baisse (11,8 % en 2015, moins de 9 % aujourd'hui). Entre décembre 2015 et août 2017 : pop ayant un emploi + 197 000 // chômeurs : - 140 000
- la croissance est meilleure que prévue : 1,6 % en 2016 // 2,5 % ou plus en 2017 (le gvt tablait sur 1,8...)
- le déficit public se réduit et plus vite que prévu : 4,4 % du PIB en 2015, 2 % en 2016, le plus faible taaux post-74. Le Portugal est ainsi sorti de la procédure des déficits excessifs. Un doute subsiste pour 2017 car la recapitalisation de la CGD (Banque publique) pourrait refaire grimper le taux. Mais les résultats du 1er semestre montrent encore que le déficit public se réduit plus qu'espéré... (1,9 % contre 3,1 pour le premier semestre 2016)
- début septembre, Moody's a relevé la perspective du Portugal à Positif et mi-septembre Standard and Poors a surpris en augmentant la note du Portugal d'un cran : le pays est sorti de la catégorie investissement à risque.

Reste encore beaucoup de bémols :
- tissu industriel du pays reste fragile
- secteur bancaire fragile : recapitalisation de la CGD en 2017, le dossier du Novo Banco qui tarde à être refermé...
- solde migratoire reste négatif
- le vieillissement de la population ralentit mais l'émigration massive des jeunes a du mal à être inversé
- l'endettement public est encore à un niveau élevé : autour de 130 % du PIB. rappelons que le Portugal paye l'équivalent de 4 pts de PIB en intérêts de la dette (faites le compte pour la France, vous allez voir...)

Bon évidemment, les bons résultats économiques ne satisfont pas la droite qui essaye par n'importe quel moyen de déstabiliser le Gvt ou encore de minimiser les ces résultats. L'ancien Premier Ministre Passos Coelho est passé maître dans l'art du déni ou de la mauvaise foi en imputant les mauvais résultats au Gvt socialiste et les bons au sien...

Au niveau gouvernemental, tout n'est pas rose loin de là. L'exécutif d'Antonio Costa vient de sortir d'un Été très compliqué :
- démission de 3 secrétaires d’État mis en examen dans le cadre du "Galpgate" (de Galp, l'entreprise pétrolière portugaise, qui a invité ces 3 personnes à assister à des matchs de l'Euro2016)
- vol de matériel militaire
- et surtout la tragédie de Pedrogao Grande, du nom de cette localité où près de 70 personnes sont décédés dans un vaste incendie.

Clairement, le Gvt Costa a foiré la gestion post-incendie mais il s'en est tiré grâce à Passos Coelho. L'ex-chef du Gvt a ainsi inventé des décès post-incendie avec des blessés physiques ou psychologiques qui se seraient suicidés. Évidemment, c'était faux et après une levée de boucliers des autorités locales et de la gauche, il a dû reconnaitre qu'il avait balancé n'importe quoi.

A titre indicatif, les dernières enquêtes d'opinion au niveau national donnent :
PS : 40-43 % (+ 8 à + 10,7 pts par rapport à 2015)
PSD : 23-29
BE : 8,4-9,1 (- 1,1 à 1,8 pt)
CDU : 7,3-7,8 (-0,5 à -1 pt)
CDS-PP : 5-7

Union de la droite : 28,1 à 35,5 (-3,1 pts à - 10,5 pts)

-------------

Revenons maintenant au scrutin municipal. Précisons d'abord que le pays dispose d'une structure locale différente de la nôtre : absence de conseils départementaux, seulement deux conseils régionaux (Açores et Madère).
Le Portugal est composé de 308 municipalités ( municípios) qui sont à leur tour composés de freguesias, subdivision territoriale qui équivaut à nos arrondissements. Il y en a 3092.
Municipalité et Freguesia disposent chacun d'un organe exécutif et d'un organe législatif.

La Municipalité est dirigée par une Câmara Municipal composée de 5 à 17 vereadores*. Le nombre dépend du nombre d'inscrits et le Président est la tête de liste vainqueur.
Mode de scrutin : proportionnel avec méthode d'Hondt

* Lisbonne a 17 vereadores/ Porto : 13
11 : 100 000 électeurs + plus
9 : 50 001 à 99 999 électeurs
7 : 10 001 à 50000 électeurs
5 : 10 000 ou moins

L'organe législatif est l'Assemblée Municipale (Assembleia Municipal) dont le nombre de membres doit satisfaire deux conditions :
- être au moins trois fois supérieurs au nombre de vereadores de la Camara
- être supérieur au nombre de de députés de droit que sont les Présidentes de Juntas de Freguesia composant la municipalité
Ex de Lisbonne : 17 vereadores = au moins 51 députés élus au scrutin de liste
24 freguesias = 24 députés de droit
= assembleia municipal de 75 personnes



La Freguesia est composée d'une "Junta" (exécutif) et d'une assembleia de freguesia (législatif).

Les électeurs élisent les membres de l'assembleia à la proportionnelle. (au moins 7 membres*) La tête de liste vainqueur est automatiquement élu Présidente da Junta . Il est assisté d'au moins deux adjoints (vogais)
Le mandats d'adjoint et Président sont incompatibles avec celui de membre de l'Assemblée, il y a un remplacement par les suivants de liste.

* 7 membres pour les freguesias de moins de 1000 électeurs ou moins
9 pour les freguesias de 1001 à 5000 électeurs
13 pour freguesias de 5001 à 20000 électeurs
19 pour les freguesias de 20001 à 39999 électeurs.
Au delà, 1 membre de plus par tranche de 10 000 électeurs. Et si on rajoute un membre si le nombre obtenu précédemment est pair.
Exemple : freguesia de Rio Tinto (municipalité de Gondomar) a 44 786 électeurs : ce qui fait 19 + 1 pour la tranche supplémentaire de 10 000 + 1 pour avoir un nombre pair = une assemblée de freguesia à 21 membres.


En résumé, l'électeur portugais votent trois fois lorsqu'il se déplace au bureau de vote.

Résultats de 2013 :
Câmaras Municipais (308)
PS : 150 câmaras
PSD : 106 dont 20 en coalition avec le CDS
CDU (PCP-PEV) : 34
CDS-PP : 5
DIV : 13

Vereadores (2086)
PS : 923
CDU : 213
PSD-CDS : 822
BE : 8
Autres : 120


Assembleias municipais (6487 membres)
PS : 2659
PSD-CDS : 2589
CDU : 747
BE : 100
Autres : 392


Presidentes de Juntas de Freguesia (3085)
PSD-CDS : 1286
PS : 1282
CDU : 170
Autres : 347


Le PS avait conservé Lisbonne (1ère ville du pays, à l'époque dirigée par un certain Antonio Costa), conquis
Sintra (2ème), Vila Nova de Gaia (3ème), Gondomar (12ème), ou encore Funchal, véritable bastion du PSD à Madère.

Dans les grosses pertes :
Loures (6ème), au profit du PCP
Braga (7ème) au profit du PSD

Les communistes avaient récupéré d'ex-bastions comme Evora, Beja (chefs-lieux de districts) ou encore la symbolique Grândola

Le CDS avait augmenté son nombre de câmaras en prenant notamment des communes sur le PSD
Le PSD, lui avait perdu Porto, Sintra, Coimbra ou encore Funchal. Des pertes compensées par les gains de Guarda, Braga...

L'autre évènement majeur du scrutin, ç’avait été la conquête de Porto par un indépendant (soutenu un peu par le CDS)



Les quelques sondages réalisés montrent un relatif statu-quo. Porto est assez disputé entre le sortant indépendant et le candidat socialiste. L'autre enjeu semble être les scores des candidates PSD sur Lisbonne et Porto. Les sondages les donnent à peine en 3ème position, autour de 10 % chacune. Du jamais-vu ! Et comme elles ont été choisies par Passos Coelho au mépris de la base, ça provoque d'énormes tensions au sein du parti.
A noter aussi que Assunçao Cristas, leader du CDS-PP, est candidate à la mairie de Lisbonne. Elle est donnée loin derrière le sortant PS (successeur de Costa), mais devant la candidate PSD...
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Sam 30 Sep 2017 18:39

En lien avec le message précédent :
Illustrations de la mauvaise foi du PSD :
- http://www.jornaldenegocios.pt/economia ... lacionadas
Passos Coelho qui banalise les 2,8 % de croissance observés au 1er semestre mais qui survalorise les 1,8 % de croissance de 2015

- la droite qui explique que le Gvt PS aurait fait perdre deux ans au Portugal pour la hausse de la note de la dette souveraine
http://expresso.sapo.pt/politica/2017-0 ... al-do-lixo


Précision supplémentaire concernant les municipales : contrairement à 2013, il n'y a pas de polémiques liées au non cumul des mandats. Rappelons en effet que depuis un arrêt du Tribunal Constitutionnel, la loi relatif au non cumul a été vidée de sa substance puisqu'elle impose seulement des limites territoriales et temporaires. Autrement dit, un Présidente de Câmara qui aurait fait 3 mandats consécutifs (de 4 ans) dans la même municipalité, peut concourir au même poste dans une autre municipalité ou bien revenir à l'élection suivante.
Parfois ça marche, parfois ça rate.
Par exemple, Ribau Esteves (PSD) a été maire d'Ilhavo (Aveiro) de 1997 à 2013. En 2013, il s'est présenté avec succès à la mairie d'Aveiro, chef-lieu de district.
Dans les cas d'échec, citons par exemple Fernando Seara (PSD) qui après 3 mandats à Sintra, a tenté de prendre Lisbonne (il a été pulvérisé par Antonio Costa)
Dans les come-backs possibles cette année, citons notamment Ana Cristina Ribeiro, maire de Salvaterra de Magos de 1997 à 2013, qui va tenter de faire revenir dans le giron du BE cette commune située dans le district de Santarem. (ça a été la seule commune dirigée par le parti)
(la liste est assez longue : près d'une soixantaine d'anciens maires tentent de se faire réélire)
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede diasflac » Sam 30 Sep 2017 19:34

Pas de sondages?
diasflac
 
Messages: 236
Inscription: Ven 23 Jan 2015 00:04

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Sam 30 Sep 2017 21:35

diasflac a écrit:Pas de sondages?


Il y en a eu quelques uns...

Lisbonne (504 000 habs, 1ère ville du pays, détenue par le PS depuis 2007)
PS (Fernando Medina, maire sortant) : 41 à 47 %
CDS-PP (Assunçao Cristas, présidente du parti) : 12,5 à 17 %
PSD : 11 à 16
CDU : 8 à 8,5
BE : 5,5 à 8,5


Sintra (382 000 habs, 2ème ville du pays, reconquise de justesse par le PS en 2013 après 12 années à droite)
PS (Basílio Horta, maire sortant) : 41 à 43
PSD-CDS : 26 à 28,5
CDU : 9 à 12
BE : 6,5 à 7


Vila Nova de Gaia (301 000 habs, 3ème ville du pays, reconquise par le PS en 2013 après 16 années à droite)
PS ( Eduardo Vítor Rodrigues, maire sortant) : 53 %
PSD : 22
BE : 8
CDU : 6


Loures (206 000 habs, 6ème ville du pays, reconquise par le PCP en 2013 après 20 années de gestion socialiste)
PCP (Bernardino Soares, maire sortant) : 39
PS : 29,5
PSD : 17,5
BE : 5,5


Braga (181 500 habs, 7ème ville du pays, conquise par le PSD en 2013 après 37 années de gestion PS)
PSD (Ricardo Rio, maire sortant) : 46 à 50 %
PS : 27,5 à 33
CDU : 7 à 10
BE : 6


Matosinhos (173 400 habs, 9ème ville du pays, PS durant 30 ans, elle est passée aux mains d'un dissident PS en 2005. réélu en 2009 et 2013, il est malheureusement décédé en janvier dernier)
PS : 32 à 38
Ind (DVG, Narciso Miranda, maire de la ville de 1976 à 2005) : 15 à 25 %
Ind (DVG, expS) : 13 à 17
PSD : 9 à 11
CDU : 6 à 8


Oeiras (173 300 habs, 10ème ville du pays, bastion de droite depuis 1985. Dirigée par Isaltino Morais de 1985 à 2002 et 2005 à 2013. Il a été condamné pour corruption (prison effective d'une année et quelques)
Isaltino Morais (qui tente de revenir aux affaires) : 37 %
Indp (Paulo Vistas, maire sortant soutenu par le PSD) : 15 à 23,5 %
PS : 11 à 15 %
CDU : 7,5 à 10 %
BE : 2 à 3 %


Guimarães (155 000 habs, 14ème vile du pays, bastion du PS qui la détient depuis 1989)
PS ( Domingos Bragança, maire sortant) : 53 %
PSD-CDS : 31
CDU : 6,5
BE : 3


Maia (135 600 habs, 18ème ville du pays, bastion de droite)
PSD : 41
PS : 32
CDU : 7
BE : 5


Coimbra (134 600 habs, 19ème ville du pays, reconquise par le PS en 2013 après 12 années à droite)
PS (Manuel Machado, maire de la ville de 1989 à 2001 et depuis 2013) : 29 à 35
PSD-CDS : 25 à 27
Div : 13,5 à 16
BE : 8 à 9
CDU : 7 à 9
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Dim 1 Oct 2017 14:53

Dans les résultats de 2013, précisons également que la participation finale avait été de 52,60 %, atteignant ainsi un nouveau plus bas historique.

L'Intérieur portugais vient de communiquer le taux de participation à la mi-journée : 22,05 %, c'est 2,6 pts de plus qu'en 2013 (et c'est même supérieur à 2009 (21,3 %) ou 2005 (20 %)

http://www.jornaldenegocios.pt/economia ... asNoticias
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Dim 1 Oct 2017 18:17

ploumploum a écrit:Dans les résultats de 2013, précisons également que la participation finale avait été de 52,60 %, atteignant ainsi un nouveau plus bas historique.

L'Intérieur portugais vient de communiquer le taux de participation à la mi-journée : 22,05 %, c'est 2,6 pts de plus qu'en 2013 (et c'est même supérieur à 2009 (21,3 %) ou 2005 (20 %)

http://www.jornaldenegocios.pt/economia ... asNoticias


Municipales de 2017

Taux de participation à 16 h : 44,39 %, en légère hausse par rapport à 2013 (+0,96 pt)
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique portugaise.

Messagede ploumploum » Dim 1 Oct 2017 21:13

Projections pour Lisbonne et Porto à 20 h, heure locale

Lisbonne
PS : 41,5 à 46
CDS-PP : 16 à 20
CDU : 10-12
PSD : 8,5-11

Le PSD potentiellement 4ème..., c'est peut-être la surprise promis par Passos Coelho il y a quelques semaines.

Porto
Indp (sortant ) : 37,5 à 42
PS : 30 à 34
PSD : 7,5-11
CDU : 5-7
BE : 5-7


A Coimbra, le sortant PS serait réélu.
A Oeiras, Isaltino Morais est donné vainqueur avec au moins 42 % !
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12563
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique en Europe

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'action sociale et à la solidarité

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques sociales locales : les acteurs et contextes d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention (l'enfance et la famille, les personnes âgées, les handicapés, la lutte contre l'exclusion, la santé...)...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'enfance et à la jeunesse

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques en faveur de l'enfance et de la jeunesse : les acteurs et le contexte d'intervention, les enjeux, les champs d'intervention. Il développe aussi une démarche d'élaboration et de mise en oeuvre de cette...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité