Politiquemania

La base de données de la vie politique française

La vie politique espagnole

Forum dédié à la vie politique sur le "vieux continent". Réagissez sur les institutions européennes, les élections ou les décisions politiques de nos voisins européens.

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Mer 7 Mar 2018 14:04

ploumploum a écrit:Roger Torrent (ERC), président du Parlement catalan, propose officiellement la candidature de J.Sanchez à la présidence de la Generalitat. La séance d'investiture est prévue pour le 12 mars.
https://twitter.com/parlamentcat/status ... 61763.html
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... marzo.html
La balle est désormais dans le camp des Tribunaux Suprême et Constitutionnel.


Le TC rejette pour l'instant une libération de J.Sanchez et le Tribunal Suprême informe qu'il donnera sa position d'ici lundi. Du coup la séance d'investiture pourrait (encore) être reportée...
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... nchez.html

http://www.publico.es/politica/constitu ... idura.html


Dans le reste de l'actualité politique espagnole, on connait désormais le nom du futur Ministre de l’Économie puisque Luis de Guindos (en place depuis décembre 2011) va devenir vice-président de la BCE d'ici quelques semaines.
Il s'agit de Román Escolano (52 ans). Il est actuellement vice-président de la Banque Européenne d'Investissement.
https://elpais.com/economia/2018/03/07/ ... 16486.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 14743
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede Estagel66 » Mer 7 Mar 2018 18:12

Il risque d'être un éphémère ministre
https://politica.elpais.com/politica/20 ... 18538.html

En effet, le gouvernement de Rajoy n'a pas de majorité pour faire voter le budget 2018 :
- le PNV veut l'abandon de lutilisation de l'article 155 en Catalogne
- Ciudadanos, qui doit son succès à la lutte anti-corruption, demande le départ d'une sénatrice du PP.

La crise catalane met en difficulté Rajoy et des élections générales anticipées ne sont pas à exclure pour le mois de mai ou de juin 2018.
Estagel66
 
Messages: 455
Inscription: Sam 28 Déc 2013 23:42

Re: La vie politique espagnole

Messagede Eco92 » Mer 7 Mar 2018 18:17

D'autant que stratégiquement, Ciudadanos sait qu'ils n'ont jamais eu autant le vent en poupe et Rivera a sans doute bien plus envie de devenir premier ministre que de continuer à servir de roue de secours à Rajoy, en effet un gouvernement à la forte image de corruption.
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 5087
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: La vie politique espagnole

Messagede cevenol30 » Ven 9 Mar 2018 00:57

Les crises au niveau catalan et au niveau central espagnol sont distinctes mais se retrouvent liées:
-tant que le Parlement catalan n'a pas désigné de président et de gouvernements autonomes, le gouvernement central assume de fait les prérogatives de la Generalitat en appliquant l'article 155.
-le PNV ne veut pas voter le budget ni même négocier dessus (car il a des demandes) tant que l'article 155 s'applique. Voir rogner l'autonomie ailleurs provisoirement ou définitivement les inquiète pour leur cas aussi
-pour revenir au cas catalan, les élus semblent dans une certaine mesure tenir à investir un des élus mis sous procédure judiciaire suite au processus du 1er octobre, d'une part parce que ce sont parmi les plus éminents donc parmi les mieux placés "dans l'absolu" pour être président (les deux Jordi pour leur rôle dans la société civile, Puigdemont et Junqueras comme anciens président et vice-président,...), d'autre part pour obtenir un allègement de ces poursuites hautement symboliques. Or l'indépendance de la justice n'est pas totale dès lors que le ministre s'est permis de commenter certains dossiers: si Madrid changeait de ton, cela pourrait débloquer politiquement la situation (peut-être même si pour une fois les juges ne suivaient pas).

Un assouplissement de la position du PP sur le dossier catalan pourrait donc contribuer à débloquer le vote du PNV... mais pourrait éventuellement fâcher Ciudadanos dont le vote, lui aussi, conditionne l'adoption du budget.
Dans le cas inverse, les indépendantistes catalans ne seraient pas totalement mécontents de provoquer indirectement la chute de Rajoy, en tous cas ils ne tiennent pas beaucoup à lui intrinsèquement. Le risque d'avoir Ciudadanos, encore plus dur à leur égard, à la place ne doit pas les ravir... mais tôt ou tard, il y aura de nouvelles élections nationales, au plus tard à la fin du mandat...
Un blocage définitif à Barcelone avec atteinte du délai des deux mois pour de nouvelles élections risquerait au total d'entraîner de nouvelles élections "en même temps" (plus ou moins) dans la communauté catalane et nationalement en Espagne, avec en période intérimaire l'application continuée de l'article 155 par un gouvernement central démissionnaire assurant les affaires courantes... c'est là un scénario noir pour "tout le monde". De quoi pousser à un compromis à un moment (le plus simple étant que le parlement catalan élise à temps un président exempt de poursuites).


Par ailleurs, Ciudadanos a des demandes non seulement concernant la sénatrice mais aussi sur des points non encore appliqués de l'accord avec le PP.

Bref, le vote du 23 mars ne permettra pas forcément d'avoir un budget pour l'année en cours... alors qu'on en est au tiers.

Il se pourrait en théorie que d'autres, notamment le PSOE, laissent passer le budget en s'abstenant voire en votant pour. L'article d'El Pais n'évoque cependant pas une seconde cette possibilité. Il est vrai que paraître comme un mauvais opposant alors que des élections anticipées peuvent avoir lieu ne serait pas forcément une bonne idée.
cevenol30
 
Messages: 2713
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Ven 9 Mar 2018 11:23

cevenol30 a écrit:
Bref, le vote du 23 mars ne permettra pas forcément d'avoir un budget pour l'année en cours... alors qu'on en est au tiers.

Il se pourrait en théorie que d'autres, notamment le PSOE, laissent passer le budget en s'abstenant voire en votant pour. L'article d'El Pais n'évoque cependant pas une seconde cette possibilité. Il est vrai que paraître comme un mauvais opposant alors que des élections anticipées peuvent avoir lieu ne serait pas forcément une bonne idée.


Deux-trois remarques :
- il n'y a pas de vote parlementaire prévu le 23 mars. En fait, c'est la date présumée de la présentation du projet de budget au Conseil des Ministres . Car oui, ce projet n'a toujours pas été présenté...
El Confidencial rappelle que le processus d'adoption (navettes, amendements, etc) prend environ 3 mois, ce qui ferait une adoption définitive vers fin juin (comme en 2017) et aurait l'avantage pour M.Rajoy de bloquer partiellement l'opposition puisque l'examen du texte budgétaire aurait la priorité dans les travaux parlementaires...
https://www.elconfidencial.com/espana/2 ... p_1528979/

- Côté PSOE, on prévoit de voter contre et le leader demande même que le chef du Gvt se soumette à un vote de confiance.
http://www.elmundo.es/espana/2018/03/05 ... b4602.html

- ça reste de la politique fiction mais Rajoy pourrait pimenter un peu plus la crise en ne prononcant la dissolution que du Congrès et non de l'ensemble des Cortes. Ce qui permettrait au PP de conserver sa majorité à la Chambre Haute mais il pourrait arguer qu'il s'agirait d'un "au cas-où juridique" (je ne suis pas certain que l'article 155 soit révocable ou réutilisable (si volonté de renforcement des "sanctions" contre la Catalogne) avec un Sénat dissous)


Concernant la Catalogne, ERC et PdeCAT tentent toujours d'obtenir le soutien de la CUP en offrant un texte d'accord assez généreux qui prévoiraient entre autres (liste non exhaustive) :
- un "processus constituant" avec multiréférendum pour aller jusqu' à la République
-"un plan de désobéissance républicaine"
- la création de "l'Assemblée des Représentants pour la république" qui aurait pour tâche d'élire le Grand Leader en exil Puigdemont à la présidence du "Consell de la Republica" et "d'internationaliser" le processus
- au niveau social : la promotion d'un salaire minimum catalan ou encore le renforcement du parc de logements sociaux
- une "démilitarisation" de la Catalogne (en gros, la fin des défilés)


Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que le "régime du 155" n'est pas prêt de s'arrêter...
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... laves.html

https://elpais.com/ccaa/2018/03/08/cata ... 98502.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 14743
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Ven 9 Mar 2018 18:02

ploumploum a écrit:
ploumploum a écrit:Roger Torrent (ERC), président du Parlement catalan, propose officiellement la candidature de J.Sanchez à la présidence de la Generalitat. La séance d'investiture est prévue pour le 12 mars.
https://twitter.com/parlamentcat/status ... 61763.html
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... marzo.html
La balle est désormais dans le camp des Tribunaux Suprême et Constitutionnel.


Le TC rejette pour l'instant une libération de J.Sanchez et le Tribunal Suprême informe qu'il donnera sa position d'ici lundi. Du coup la séance d'investiture pourrait (encore) être reportée...
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... nchez.html

http://www.publico.es/politica/constitu ... idura.html


Face au "risque important de récidive", le juge du Tribunal Suprême refuse que J.Sanchez puisse assister à la séance d'investiture. Il pointe entre autres :
- le fait que Sanchez a toujours refusé "l'autorité judiciaire de l’État" (avec ses multiples "appels" à l'électorat de la région)
- que les investigations en cours laissent apparaitre des délits qui se sont traduits par des actes "illégaux, désobéissants de manière flagrante les contrôles constitutionnel, judiciaire et institutionnel en application d'une tactique qui est toujours soutenue"
- le risque d'instrumentalisation de la violence (le juge rappelle la tentative de siège du département d'économie de la Generalitat par les leaders "indépendantistes" et leur partisans afin de bloquer l'accès aux forces de l’ordre)

https://politica.elpais.com/politica/20 ... 91564.html
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... idura.html

Le flou persiste concernant la séance de lundi : un maintien est envisagé mais avec un ordre du jour modifié.
http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... idura.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 14743
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Ven 9 Mar 2018 22:45

Comme pour la candidature Puigdemont, la séance d'investiture de J.Sanchez est reportée sine die, en attente d'une réponse de la Cour Européenne des Droits de l'Homme au recours déposé par la défense du candidat.

https://twitter.com/camilo_baquero/stat ... 12191.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 14743
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede Estagel66 » Ven 9 Mar 2018 23:52

La fracture entre les indépendantistes et les légalistes (constitutionnalistes + Podemos) continue de se creuser et l'on se dirige tout droit vers le néant.
Comme le dit un responsable indépendantiste :" Constitutionnellement, on a le droit de représenter une force politique mais si on est élu on n'a pas le droit de mettre en oeuvre le programme de la majorité issu des urnes".
Effectivement, la Constitution de 1978 n'a pas prévu qu'une partie de l'Espagne puisse demander son indépendance, aucun article n'aborde ce sujet. Pour éviter une crise, il faut accepter une solution de compromis, malheureusement Rajoy n'a jamais, en tant que chef du gouvernement (il l'est depuis 2011) voulu entamer des discussions d'où les provocations au travers des 2 référendums du 09-11-2014 et du 01-10-2017.
Les indépendantistes savent qu'ils ne peuvent rien attendre de l'Etat Espagnol. Ils ont donc choisi de porter leur combat auprès des institutions judiciaires européennes (CEDH) et de l'ONU pour plaider leur cause.
L'Etat espagnol gère la Catalogne tel un gouvernement de transition. cette conduite des affaires courantes par Madrid ne peut que, comme pour l'incident sur la restitution des oeuvres de Sijena à l'Aragon pour appliquer une décision de justice et sur les renvois de responsables administratifs de la gestion des institutions catalanes, se retourner contre le gouvernement et favoriser le camp indépendantiste. Depuis le 21D, la gestion de la Catalogne par Madrid est "inodore": elle ne propose aucune modification et respecte le budget établi pour 2017.
les indépendantistes proposent des candidats interdits d'être présent physiquement donc inéligibles pour l'Etat Espagnol. Les arguments utilisés par les juges vont permettre aux indépendantistes de peaufiner leur dossier auprès de la CDEH et de l'ONU.

Le statut-quo actuel satisfait les 2 parties. Il ne faut pas s'attendre à beaucoup d'évolutions à court terme.

La CDEH a-t-elle un délai maximum ou minimun pour donner sa réponse ?
D'içi-là, des élections législatives anticipées peuvent survenir et Rajoy d'être devenu un homme politique sans responsabilité gouvernementale !!!!!!
Estagel66
 
Messages: 455
Inscription: Sam 28 Déc 2013 23:42

Re: La vie politique espagnole

Messagede ploumploum » Sam 10 Mar 2018 18:47

Estagel66 a écrit:Comme le dit un responsable indépendantiste :" Constitutionnellement, on a le droit de représenter une force politique mais si on est élu on n'a pas le droit de mettre en oeuvre le programme de la majorité issu des urnes".
Effectivement, la Constitution de 1978 n'a pas prévu qu'une partie de l'Espagne puisse demander son indépendance, aucun article n'aborde ce sujet. Pour éviter une crise, il faut accepter une solution de compromis, malheureusement Rajoy n'a jamais, en tant que chef du gouvernement (il l'est depuis 2011) voulu entamer des discussions d'où les provocations au travers des 2 référendums du 09-11-2014 et du 01-10-2017.


Je vous remercie Estagel66 car en vous lisant, j'ai eu l'impression de rajeunir de quelques semaines (c'est peu mais c'est toujours ça de "pris") l'espace d'un instant...

Estagel66 a écrit:La fracture entre les indépendantistes et les légalistes (constitutionnalistes + Podemos) continue de se creuser et l'on se dirige tout droit vers le néant.

CQFD...


Estagel66 a écrit:La CDEH a-t-elle un délai maximum ou minimun pour donner sa réponse ?


La Vanguardia détaille un peu : les éventuels "admissibilité" et "adoption de mesures provisoires" se décident en 48 h. (dans le cas présent, ça voudrait une décision d'ici mercredi 15 puisque le dépôt du recours n'est prévu que pour lundi)
Quant à la décision finale, ça peut prendre des années (la CEDH s'efforce à ne pas aller au delà de...3 ans)

http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... idura.html

Estagel66 a écrit:D'içi-là, des élections législatives anticipées peuvent survenir et Rajoy d'être devenu un homme politique sans responsabilité gouvernementale !!!!!!


Bien sûr, il n'y a que moi qui ne suis pas neutre... (bis)


Sinon, pendant qu'en Catalogne, les "indépendantistes" continuent à aller dans la voie de l'affrontement, C.Puigdemont continue, lui, ses petites allocutions. La dernière en date se résume à attaquer le juge du Tribunal Suprême et le Pouvoir Judiciaire :
"Est-ce plus important un juge que deux millions de catalans ?"

(et les autres millions de catalans ? où sont-ils passés ?)

http://www.lavanguardia.com/politica/20 ... arena.html
https://elpais.com/ccaa/2018/03/10/cata ... 96055.html
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 14743
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: La vie politique espagnole

Messagede Estagel66 » Dim 11 Mar 2018 00:35

Oui, concernant ma remarque sur Rajoy est fondée. Plusieurs sondages donnent Ciudadanos, comme favori aux prochaines élections législatives, c'est pour cela que je dis que Rajoy a de fortes chances de ne plus être chef du gouvernement à l'issue des dites élections. Je me base sur des faits connus pour écrire mes messages.

L'action de Puigdemont consiste à démontrer que la Justice espagnole est aux ordres des politiques. C'est un constat pas une approbation. C'est la raison de son exil, dire tout haut ce qu'il pense sans être menacé d'emprisonnement. Il est dans une logique : la création de la Republica Catalana.
Vous pouvez critiquer ses idées mais, en Catalogne, toutes ses interventions sont appréciées des indépendantistes car il exprime leur pensée et reste une autorité morale respectée auprès d'eux. C'est ainsi. Ce n'est pas du prosélytisme en faveur des indépendantistes, c'est une réalité que l'on ne peut pas nier.

Puigdemont est une personne qui ne laisse pas indifférent : on aime ou on n'aime pas.
Estagel66
 
Messages: 455
Inscription: Sam 28 Déc 2013 23:42

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique en Europe

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

L'acte III de la décentralisation - Une nouvelle donne pour les territoires

Chrystelle Audoit, Aurélie Aveline, Mounia Idrissi et Laurent Roturier

À vouloir répondre à tous les enjeux territoriaux à la fois, tout en s'exonérant d'une réforme constitutionnelle, la nouvelle réforme territoriale...

Découvrir l'ouvrage

Guide des usages, du protocole et des relations publiques

Collectif

Les questions protocolaires sont généralement source d'un grand stress dans les collectivités locales. Comment composer une table d'honneur ? Comment aligner les drapeaux devant un bâtiment public ? Quel est l'ordre des discours lors d'une inauguration ?...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités