Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Vers une dissolution?

Laissez votre imagination s'exprimer. Quel sera le futur de la vie politique en France ? Qui seront les gagnants ou les perdants ? A vous de le dire.

Re: Vers une dissolution?

Messagede Nico78 » Jeu 17 Avr 2014 21:52

stephed a écrit:Le souvenir de la dissolution de 1997 à vacciner, je pense, l'ensemble de la classe politique contre les dissolutions de "calcul" ou de "convenances personnelles".

Totalement d'accord. Les Socialistes ont été effaré de l'erreur d'analyse incroyable de Chirac-Juppé-Villepin en 1997 et ne feront jamais la même erreur. Hollande connaît parfaitement le pays (de mon point de vue, il ne faut jamais le sousestimer en matière de tactique électorale) et sent bien que celui-ci est actuellement de plus en plus conservateur. Une victoire aux législatives est totalement inenvisageable pour la gauche et donc une dissolution totalement suicidaire, et qui plus est ne serait absolument pas comprise des électeurs, comme en 1997. Ce sont précisément ces petits jeux politiciens, qui amusent le microcosme parisien mais lui seul, dont les électeurs ne veulent plus.
Je n'y crois donc pas un seul instant.
Quant aux frondeurs PS, il ne faut pas confondre "faire pression" avant un vote et se tirer une balle dans le pied en votant contre sa propre majorité. Même s'il y a une forte grogne, on n'est pas encore dans la sédition...
Nico78
 
Messages: 1297
Inscription: Sam 6 Nov 2010 22:31

Re: Vers une dissolution?

Messagede Kerxizor » Jeu 17 Avr 2014 23:48

alamo a écrit:Au lieu de ça on va voir des représentants dits de l'aile gauche du PS se faire élire députés européens et aller siéger au sein du groupe social-démocrate, co-auteur avec le groupe conservateur de toutes les mesures antidémocratiques et antisociales prises depuis trente ans. A 10.000 € par mois, beaucoup mettent leur drapeau rouge dans la poche...


Emmanuel Maurel doit d'ailleurs réviser son dictionnaire franco-breton pour pouvoir scander "Je vais réorienter la politique européenne !" dans les meetings à Quimper....

Plus sérieusement, et je prolonge ce que dit alamo, le gang des frondeurs aurait du se manifester de manière beaucoup plus virulente lors du vote du pacte budgétaire européen en 2012, duquel découle à peu près la politique que l'on a aujourd'hui. Cela aurait été plus cohérent intellectuellement.
Kerxizor
 
Messages: 319
Inscription: Mar 23 Aoû 2011 01:43

Re: Vers une dissolution?

Messagede ligerien » Ven 18 Avr 2014 09:59

Dissolution probablement, mais Hollande est désormais en décalage avec la majorité de son parti.

Ses chances : personne pour incarner efficacement cette opposition interne, la perspective d'une défaite de la gauche en cas d'éclatement et d'être définitivement rejeté par son camp à cause de cela.

En durant, l'espoir que l'économie se redresse (pas sûr que ça soit porté à son crédit pour autant), l'espoir de passer par le trou de l'aiguille en 2017 2ème du 1er tour derrière Le Pen...
ligerien
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 1397
Inscription: Mer 12 Jan 2011 17:54
Localisation: Loire
Messages : 2 (détails)

Re: Vers une dissolution?

Messagede ploumploum » Mar 2 Déc 2014 20:59

Un sondage de CSA pour le Figaro teste la tenue d'élections législatives anticipées : il donne 24 % à l'UMP / 23 % au FN / 18 % au PS / 12 % à l'UDI / 8 % au FG et 7 % à EELV

CSA a fait une projection :
UMP-UDI : 485-505 sièges
PS-FG-EELV : 56-66
FN : 14 à 24

La déroute de la gauche serait plus importante que celle de 1993 (80 sièges sauvés à l'époque)

CSA a aussi testé la proportionnelle intégrale en prenant des circonscriptions régionales (13 futures régions métropolitaines, l'Outre-Mer oubliée...) :
UMP-UDI : 208 à 248
Gauche : 180-220
FN : 138-158

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/ ... figaro.php

Des résultats qui ne me paraissent pas incohérents (même si cela a été fait pour Le Figaro) au vu de l'impopularité record de l'exécutif et de ses piètres résultats au niveau de l'économie.


P-S : Peut-être que mon message n'est pas placé au bon endroit et qu'il aurait plus sa place dans le sujet portant sur "la disparition de la gauche dans sa forme actuelle"
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12565
Inscription: Ven 11 Mar 2011 19:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Vers une dissolution?

Messagede jean24 » Mar 2 Déc 2014 23:02

ploumploum a écrit:Un sondage de CSA pour le Figaro teste la tenue d'élections législatives anticipées : il donne 24 % à l'UMP / 23 % au FN / 18 % au PS / 12 % à l'UDI / 8 % au FG et 7 % à EELV

CSA a fait une projection :
UMP-UDI : 485-505 sièges
PS-FG-EELV : 56-66
FN : 14 à 24

La déroute de la gauche serait plus importante que celle de 1993 (80 sièges sauvés à l'époque)

CSA a aussi testé la proportionnelle intégrale en prenant des circonscriptions régionales (13 futures régions métropolitaines, l'Outre-Mer oubliée...) :
UMP-UDI : 208 à 248
Gauche : 180-220
FN : 138-158

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/ ... figaro.php

Des résultats qui ne me paraissent pas incohérents (même si cela a été fait pour Le Figaro) au vu de l'impopularité record de l'exécutif et de ses piètres résultats au niveau de l'économie.


P-S : Peut-être que mon message n'est pas placé au bon endroit et qu'il aurait plus sa place dans le sujet portant sur "la disparition de la gauche dans sa forme actuelle"

Je trouve au contraire que ce sondage donne trop d'importance à l'UMP.... et au FN. Le PS est certes faible mais, ne devrait certainement pas se retrouver avec aussi peu de sièges. Il suffit de constater avec les résultats des municipales, il perd beaucoup mais garde comme même des mairies pour ne pas avoir que 66 sièges.
Quand au FN 24 sièges ! Et dans quelles circonscription ? J'avoue que je me pose cette question, je ne vois pas trop dans quelles circonscriptions il pourrait gagner avec 11 mairies et une prévisions (d'après ce forum) d'un gain de seulement 10 cantons aux départementales.
jean24
 
Messages: 519
Inscription: Mar 26 Aoû 2014 13:05

Re: Vers une dissolution?

Messagede spinto » Mer 3 Déc 2014 00:15

jean24 a écrit:Je trouve au contraire que ce sondage donne trop d'importance à l'UMP.... et au FN. Le PS est certes faible mais, ne devrait certainement pas se retrouver avec aussi peu de sièges. Il suffit de constater avec les résultats des municipales, il perd beaucoup mais garde comme même des mairies pour ne pas avoir que 66 sièges.
Quand au FN 24 sièges ! Et dans quelles circonscription ? J'avoue que je me pose cette question, je ne vois pas trop dans quelles circonscriptions il pourrait gagner avec 11 mairies et une prévisions (d'après ce forum) d'un gain de seulement 10 cantons aux départementales.


Je te rejoins sur l'estimation du FN : 24 sièges me semblent haut, 14 plus réalistes, mais après dans des bastions de gauche où l'UMP est faible (type bassin minier), pourquoi pas ? Dans tous les cas, cela montre le scandale démocratique que représente ce mode de scrutin.

En revanche, pour les pertes du PS, ça ne me semble pas si improbable. L'exemple de 1993 montre que le mode de scrutin uninominal peut-être ravageur, alors que le discrédit du parti du gouvernement peut paraître encore plus grand aujourd'hui. La comparaison avec les municipales a peu de sens, le facteur local étant bien moindre et le vote sanction bien plus marqué. Encore une fois, l'exemple de 1993 le montre. Je vois mal comment la gauche dans son ensemble pourrait en tout cas compter plus de 100 députés.

Au final, le principal bénéficiaire sera évidemment l'UMP, a fortiori en cas d'union avec l'UDI, puisqu'un nombre sans doute très important de duels UMP/FN qui tourneront dans la plupart des cas en sa faveur.

Rien à voir, et sans méchanceté aucune, mais voir écrit "comme même", c'est tout de même douloureux...
spinto
 
Messages: 629
Inscription: Jeu 26 Nov 2009 01:54

Re: Vers une dissolution?

Messagede Herimene » Mer 3 Déc 2014 00:28

Aux législatives de 1993, le PS avait réuni 17,61% des suffrages au premier tour (9,30% pour les communistes et 2,77% pour les divers gauche). Il ne faut pas oublier les 11% réalisés par les différentes mouvances écologistes à l'époque, qui si elles n'étaient pas ancrées à gauche comme aujourd'hui, penchaient malgré tout de ce côté-là. Ce score de premier tour, loin d'être ridicule, plaçait le PS juste derrière le RPR (20,78%) et l'UDF (18,71%)... sauf que ce fut malgré cela une véritable bérézina en terme de sièges pour la gauche au final. Le mode de scrutin des législatives amène à largement accentuer en terme de sièges la victoire, même lorsqu'elle est assez étriquée en voix, d'un camp sur un autre. Alors quand c'est une victoire nette en voix, forcément en terme de sièges cela devient une bérézina ou quasiment pour le camp vaincu.

Je rajouterais que la situation a changé par rapport à 1993 : hausse de l'abstention (qui risque de rendre compliquer la qualification de socialistes arrivés 3ème), forte hausse du FN, et il faut noter qu'à l'époque il y avait des accords dans les 3/4 des circonscriptions entre RPR et UDF. En gros les candidats socialistes même avec un score médiocre de premier tour et une désunion de la gauche, avaient toutes les chances d'arriver second et d'aller au second tour car le FN était bien plus faible qu'aujourd'hui, l'UDF et le RPR se faisaient très peu concurrence dans une même circonscription, les Ecologistes étaient à un plus haut niveau historique pour ce type d'élections mais sans stratégie d'alliance et dans la quasi totalité des cas pas à-même de devancer les candidats socialistes.

Or on se doute bien que si les législatives avaient lieu demain, une bonne moitié des candidats socialistes serait renvoyée chez elle avant le second tour (et au moins plusieurs dizaines de députés sortants parmi ceux-ci, Paola Zanetti ou Jacques Cresta pour ne citer que deux noms me venant à l'esprit n'ayant absolument aucune chance de qualification pour le second tour). Et pour ceux qui se retrouveront au second tour, ça risque d'être malgré tout d'être mission impossible pour la grande majorité d'entre-eux.

Après on peut discuter sur la répartition des sièges. Disons que la gauche peut espérer en cas de forte participation sauver jusqu'à 100 sièges (grâce aux triangulaires). Mais à l'heure actuelle, estimer qu'elle peut n'en conserver qu'une petite cinquantaine ne me semble pas aberrant. Pour l'instant, je ne vois pas plus d'une quarantaine de sièges assurés à gauche.

Sinon la comparaison avec les municipales ne me semble pas très adéquate. Déjà, les municipales sont des élections locales, et les phénomènes électoraux qui régissent ce type d'élection sont fondamentalement différents de ceux des législatives, élections nationales s'il en faut. Pensez qu'un Alain Juppé a pu être battu en 2007 par une candidate socialiste jusqu'alors inconnue. Les effets d'une nette victoire aux législatives pour un camp peuvent être vraiment dévastateurs pour celui d'en face, et donner bien peu de considération au bilan des députés sortants et à leur ancrage local.

Pour ce qui est du FN, une dizaine ou une vingtaine de sièges, cela ne me semble pas du tout aberrant. Je dirais que cela peut même aller jusqu'à une bonne trentaine en cas de grosse vague FN. Dans quelles circonscriptions ? Déjà dans les 2 qu'il possède déjà + celle d'Andrieux dans les Bouches-du-Rhône + celle de Kemel dans le Pas-de-Calais (défaite très serrée en 2012) + sans doute au moins une dans l'Hérault + très probablement 2 autres dans le Vaucluse + très probablement 1 ou 2 dans les Pyrénées-Orientales + 1 ou 2 dans le Var (au moins celle de Fréjus-Saint-Raphaël) + 1 ou 2 en Moselle + au moins 2 ou 3 autres dans les Bouches-de-Rhône + probablement des gains dans le Gard, les Alpes-Maritimes, l'Oise, l'Aisne... entre autres
Herimene
 
Messages: 1469
Inscription: Ven 6 Jan 2012 18:37
Localisation: Saône-et-Loire

Re: Vers une dissolution?

Messagede Corondar » Mer 3 Déc 2014 17:00

En effet, le gros risque pour le PS en cas de législatives à l'heure actuelle, c'est que de nombreux candidats seraient exclus du second tour (là où la droite, surtout en cas d'accord avec les centristes, serait à peu près certaine de se qualifier presque partout). Avec l'abstention il y aurait très peu de triangulaires.
De même, vue la conjoncture, je pense que pour les qualifiés PS au second tour, le report des voix de gauche serait moyen, voire mauvais.
Bref, à moi aussi, entre 450 et 500 députés pour la droite, ça me parait tout à fait crédible. De même qu'entre 15 et 30 députés pour le FN me paraissent réalistes. Mais bon, on est plus dans une vue de l'esprit là. Étant donné qu'aucune dissolution n'est à l'ordre du jour, que les prochaines législatives auront lieu dans deux ans et demi, et qu'elles seront, comme toujours, fortement impactées par la présidentielle ayant lieu 2 mois avant.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2185
Inscription: Mar 26 Jan 2010 02:57
Messages : 1 (détails)

Re: Vers une dissolution?

Messagede spinto » Mer 3 Déc 2014 17:25

Le lien vers le détail de l'étude : http://www.csa.eu/multimedia/data/etude ... atives.pdf

On note que l'étude présume d'un accord PS/EELV tel qu'en 2012 (soit une soixantaine de circonscriptions réservées à EELV) ce qui peut influer à la hausse sur les scores d'EELV, et sur le total des sièges de gauche. Evidemment, les dissidences et leurs effets "perturbateurs" ne sont pas prises en compte.

Elément intéressant et explicatif des résultats, la répartition estimée entre différents types de second tour :
- seulement 154 duels droite/gauche ;
- 24 duels gauche/FN, dans les circos où l'UMP est très faible, mais où dans un tel contexte, la victoire de la gauche sur le FN n'est pas garantie ;
- 359 duels droite/FN ce qui explique l'écrasante victoire de l'UMP (mais avec sans doute des victoires du FN, notamment sur le pourtour méditerranéen) ;
- tout de même 40 triangulaires, qui peuvent aboutir également pour certaines à des victoires FN.

Le FN serait donc présent dans 423 circonscriptions au second tour, contre 178 pour la gauche.

Autre enseignement, dans le cas d'un duel gauche/FN, 71% des électeurs UMP voteraient FN.

FIgurent également, dans le cas d'une proportionnelle par (nouvelles) régions, des fourchettes de résultats par parti, mais tellement larges que l'intérêt en est limité.
spinto
 
Messages: 629
Inscription: Jeu 26 Nov 2009 01:54

Re: Vers une dissolution?

Messagede Corondar » Mer 3 Déc 2014 17:40

C'est sur que si d'après cette analyse la gauche ne participe qu'à 178 seconds tours, contre 423 pour le FN et 553 pour la droite, on comprend mieux les résultats...
Avec une telle hypothèse et en cas de poussée frontiste on pourrait même envisager une cinquantaine de députés FN.
Corondar
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 2185
Inscription: Mar 26 Jan 2010 02:57
Messages : 1 (détails)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique fiction

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué aux sports

Patrick Bayeux

Aucune obligation n'incombe aux communes en matière de politique sportive. En effet, le sport a cette particularité de n'avoir fait l'objet d'une répartition de compétences ni dans les lois de décentralisation, ni même dans la loi sur le sport...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué au tourisme

Jean-Luc Boulin

Le tourisme représente un atout de plus en plus fort pour les collectivités locales : générateur d'emplois, facteur d'attractivité territoriale, créateur de lien social, il s'inscrit de façon transversale dans les politiques publiques. Comment, lorsqu'on est élu délégué...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités