Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Européennes de 2019

Laissez votre imagination s'exprimer. Quel sera le futur de la vie politique en France ? Qui seront les gagnants ou les perdants ? A vous de le dire.

Européennes de 2019

Messagede Eco92 » Mer 6 Déc 2017 23:06

Puisqu'il s'avère qu'il y aura une liste nationale pas besoin de sous-sujets par "régions" (on pourra cependant en faire sur les européennes par parti, sur les candidats à la présidences, ou dans les autres pays européens), mais on entend quand même déjà des choses.

A gauche je note que Manuel Bompard, coordonateur FI très proche de JLM, a indiqué clairement, après avoir été présent à la fondation de Génération.s, que des listes communes avec Benoit Hamon était possible s'il continuait à aller dans leur sens, ce qu'il semble faire : "Il a dit notamment qu'il fallait envisager de sortir du jeu si l'on n'était pas en mesure de modifier les rapports de force au niveau européen, c'est ce que nous l'on a appelé le plan A et le plan B. Donc moi, je dis bienvenue à Benoît Hamon".

Même si cela forme un changement de stratégie intéressant chez la FI (pas sur le fond mais de dire "pourquoi pas un accord avec un autre parti ?"), on verra ce que ça donne à l'usage. Il reste que je les vois dans cette prise de parole (confirmée par des propos récents de JLM, moins directement électoraux) prendre enfin le rôle de leader de la gauche avec ce que ça impose de responsabilité, et notamment de rassembler.

Je doute que Hamon s'y greffe directement, à voir s'il saura passer son intérêt, si c'est le cas les écologistes, en plein processus de refondation ouvert, dont certains lorgnent sur Hamon, d'autres sur la FI, d'autres veulent conserver un parti autonomes... auront du mal à trouver leur place.

Le pas de deux très étonnant sur le fond (pour le coup) de JLM vers les nationalistes Corses peut aussi entrer dans ce cadre, approchant les régionalistes - qui existent au niveau européen.

Le PCF, lui, semble sacrifié par JLM, pas forcément une bonne idée sur un scrutin proportionnel mais à voir, ça peut bouger, mais ça peut aussi être une façon de couper le cordon.

A voir aussi, enfin, ce que Diem25 fera dans ce contexte. Le mouvement de Varoufakis a voté pour présenter des candidats, mais possiblement (et sans doute) en alliance avec pour but qu'il soit candidat à la présidence. Lors des rassemblement Diem on retrouvait des FI comme le porte-parole d'EELV...

http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/europeennes-la-france-insoumise-prete-des-listes-communes-avec-benoit-hamon

Cette grande alliance des gauches (j'en ai volontairement exclu le PS qui a priori ne sera pas dans le jeu de ces alliances à gauche et aura une liste autonome, sans doute sans le PRG cette fois, même si leur sortante s'oppose à la fusion avec les radivaux valoisiens, mais avec des satellites écolos - encore qu'ils ont participé aux réunions débats de l'union des radicaux) est d'autant plus nécessaire stratégiquement pour les leaders que Macron prépare ce scrutin avec envie et en objectif une large union du centre comprenant outre LREM, le Modem, Agir, l'Alliance centriste, les radicaux réunifiés, l'UDI (ce qu'il en restera, moins les Morinises sans doute), un potentiel soutien de Juppé et de la branche LR-modérées, ainsi que de nouvelles prises au PS voire chez EELV (mais il ne reste plus grand chose, mais Dany Cohn Bendit semble prêt à faire la campagne - pas comme candidat éligible mais en soutien avec Juppé).
Eco92
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 4373
Inscription: Dim 12 Juin 2011 18:43
Localisation: Mayenne

Re: Européennes de 2019

Messagede Pullo » Jeu 7 Déc 2017 12:44

La position de Diem25 est intéressante à suivre. Ils sont en lien avec Génération.s, La France Insoumise et plein d'autres. Sans le vouloir, ils peuvent contribuer à la recomposition de la gauche en France...
Pullo
 
Messages: 1221
Inscription: Ven 30 Mar 2012 20:25
Localisation: Paris
Avertissements: 2

Re: Européennes de 2019

Messagede cevenol30 » Sam 9 Déc 2017 19:31

Sur le retour à une circonscription nationale, ce n'est pas encore voté (note: le fil correspondant est passé dans "débats politiques" vu qu'il y a une volonté gouvernementale de présenter un projet de loi), même si seuls LR ou l'AC d'Arthuis auraient des velléités de voter contre.

Il est manifeste que, dès avant la présidentielle, Macron a cet objectif en ligne de mire: les européennes, si possible victorieuses pour la liste qu'il soutiendrait. Parce que c'est réellement important pour lui et parce que c'est la première élection intermédiaire, qu'il importe de réussir pour aborder sereinement les élections locales et la fin du quinquennat (voire la campagne pour le suivant...). De plus, sur un scrutin à un seul tour, il est jouable d'arriver premier et il n'y a pas de second tour pour éventuellement infirmer. Clairement, le but pour LREM et consorts actuels et futurs est d'arriver premiers devant notamment le FN.
Pour ce dernier, la victoire relative de 2014 a lancé de relativement bons crus, cantonaux, régionaux, une place au second tour à la présidentielle, des sièges législatifs au scrutin majoritaire (au nombre proportionnel au résultat des cantonales, ce qui reflète une certaine constance de la dynamique même s'ils auraient espéré davantage). Moralité: arriver premier aux européennes, c'est utile.
Au Parlement Européen lui-même par contre, sachant que la délégation française représente environ 1/10e des sièges, il faut tout de même, pour que les idées portent, que d'autres forces semblables aient eu du succès auprès des 90% d'électeurs européens restants: la délégation FN, un peu isolée même si elle a pu former un groupe, n'a pas eu un rôle très prépondérant, même pour bloquer des textes.

Plus généralement, la liste nationale "rend" une visibilité nationale directe aux partis, plus facilement qu'à la présidentielle puisqu'il n'y a pas l'obstacle des signatures et que la proportionnelle et l'absence d'enjeu national direct fort peuvent faciliter des scores significatifs pour certains partis pas trop petits. Se coaliser est d'ailleurs, dans ce contexte, un risque: celui de passer inaperçu, comme un des logos en bas de l'affiche. Mais laisser une concurrence entre listes aux idées trop semblables n'est pas très malin: mieux vaut parfois s'allier ponctuellement aux européennes, sans que cela préjuge forcément trop, sur le moment, d'alliances locales: ainsi des listes UDI-Modem de 2014... qui se sont toutefois beaucoup prolongées en listes uniques aux régionales avec l'UMP.

Au centre-gauche, il y aura probablement une liste PS avec des personnalités autres issues notamment de l'ex-PRG (justement, suite à la fusion des radicaux, un nouveau mouvement de radicaux de gauche a été refondé par notamment... l'eurodéputée PRG V. Rozière! qui doit avoir une idée d'alliance pour sa réélection en 2019...) et des écologistes de centre-gauche.

Il serait logique, d'un côté, pour le mouvement de Hamon de se présenter seul pour se faire un nom, d'autant plus facilement dans le contexte de ce scrutin. Mais se rassembler avec d'autres et notamment la FI qui est le gros partenaire potentiel de ce côté permettrait de se poser en membre d'une union de la (vraie) gauche reconstituée... donc de poursuivre sur l'exemple mitterrandien, l'objectif premier étant là de reprendre au PS "canal habituel" sa place de parti central à gauche. D'autant que là, partir sur des listes communes augurera fort bien de listes unies localement, sans que ce soit systématique. Inversement, cela évite de "se compter" et d'avoir une répartition proportionnelle aux scores: à ce jeu, la FI aurait trop de chances de se re-montrer plus forte, ce qui a déjà été le cas aux législatives après tout.

Pour les (beaucoup) plus petits mouvements, le passage à une liste nationale n'est pas forcément une bonne nouvelle: il faudrait alors trouver des dons couvrant l'impression de bulletins et professions de foi pour l'ensemble des électeurs... ou alors se proposer seulement en "bulletin téléchargeable", ce qui est certes sympathique et écologique mais empêche de passer le seuil des 5%.
cevenol30
 
Messages: 2243
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52


Retourner vers Politique fiction

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Conseil communautaire : mode d'emploi

Joël Clérembaux

Elaboré par un ancien directeur général des services, ce classeur est le fruit d'une double expérience : expérience de dirigeant à l'origine de la création d'une communauté de communes, expériences de DGS acquises au sein de communes intégrées...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué aux sports

Patrick Bayeux

Aucune obligation n'incombe aux communes en matière de politique sportive. En effet, le sport a cette particularité de n'avoir fait l'objet d'une répartition de compétences ni dans les lois de décentralisation, ni même dans la loi sur le sport...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités