Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Bilan des régionales

Chambre de discussion sur les élections régionales qui seront organisées en décembre 2015. Retrouvez toute l'actualité de cette échéance électorale.

Re: Bilan des régionales

Messagede cevenol30 » Mer 6 Jan 2016 00:22

En termes de bilan, il faudrait voir l'évolution du nombre d'élus régionaux de chaque parti, y compris les petits.
A gauche, il me semble que le PS descend, que le PRG sauve plutôt la mise, que c'est fort dur pour certains petits partis (MRC divisé par 5, régionalistes en métropole: plus qu'1 seul élu) et aussi mais à un point moindre pour EELV et FdG.
A droite, Modem en hausse, PCD et MPF plutôt pas?
Côté FN, quid des alliés non-FN (Siel/RBM/divers?) il y en a 3 dans le 06 mais ça doit plutôt être un record.
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 01:52

Aux Régionales les Français ont voté plutôt « contre »

Messagede Morel » Ven 5 Fév 2016 09:31

La France en tant que État avancé de l’Europe définit pour beaucoup le vecteur de développement de toute l’Union Européenne. C’est pourquoi la communauté internationale surveille toujours attentivement la situation politique au sein de ce pays.
Il n’est pas étonnant donc que les résultats des élections régionales ont réveillé l’intérêt des médias et de la communauté internationale vu que ces élections font la lumière sur l’état général de la politique dans le pays.

Sur le fond des événements tragiques précédents et de la dégradation impétueuse de la situation économique, les Régionales 2015 ont démontré l’état d’esprit sceptique se renforcer parmi les Français.

Lors de ces élections qui peuvent être baptisées la répétition générale avant la Présidentielle 2017 les Républicains de Nicolas Sarkozy ont gagné 40,63% des voix et le Parti Socialiste de François Hollande – 29,14. Le Front National n’a été soutenu que par 27,36% des électeurs. Au final, es Républicains ont remporté dans sept régions, le PS dans cinq et les Corses ont choisi un parti nationaliste local.

Il faut remarquer qu'un résultat pareil a eu des répercussions sur de multiples facettes. Rappelons-nous qu’en 2014, on a mis au point la réforme territoriale ayant entraîné le changement des noms des régions et leur quantité a été réduite jusqu’à 13. [Passage supprimé] En tout cas on ne voyait pas de raisons objectives pour cette fusion donc le mécontentement des gens était bien palpable. En outre la crise migratoire et la situation économique compliquée du pays – le déclin des rythmes de développement, l’augmentation du chômage et des impôts – favorisaient la campagne de l’opposition. On ne peut s’empêcher de mentionner la menace intensifiée du terrorisme. (La série des attaques terroristes à Paris) [Passage supprimé]

D’après l’avis de la plupart des experts, ces élections sont devenues tout à fait uniques pour la France car personne en effet ne les a remportés. Bien que le vainqueur officiel soit le parti de Nicolas Sarkozy, le peuple français a quand même perdu car pour la première fois dans l’histoire moderne, il n'a voté pas pour un parti mais contre le parti au pouvoir. Vu les conditions, les Français ont focalisé leurs votes sur les Républicains parce qu’ils sont indignés par les échecs économiques et politiques des socialistes et redoutent toujours le Front National.

On pouvait prévoir une telle évolution des événements en 2012, ou en 2015 quand le Front National a été largement soutenu au premier tour et a été défait au deuxième. Les deux partis adversaires (PS et les Républicains) se sont avérés être les alliés en matière de la lutte contre Marine le Pen [Passage supprimé] avec un seul but – contenir les efforts du FN sur son chemin vers le pouvoir. Il est évident que sur le fond des attaques terroristes, la récession économique, l’absence de réforme fiscale, l’augmentation du chômage notamment parmi les jeunes, l’état d’esprit de la plupart des gens est assez déprimé ou bien même dépressif . La majorité de la population de la France comprend que la France a besoin des mesures urgentes de réhabilitation pour améliorer sa santé socio-économique et politique. Pour autant elle manque un politicien qui serait digne de son héritage splendide.

Comme on l’a déjà dit, le processus des élections autant que leurs résultats ont été impactés par les événements tragiques du Novembre. Ils ont donné une possibilité aux partis d'extrême-droite de concentrer l’attention sur le problème d’immigration visant à recueillir le soutien des électeurs inquiétés. Les politiciens en tant que de « véritables » humanistes ont essayé de retirer l’effet maximum de la tragédie à l’échelle mondiale. Donc les Socialistes se sont refusés avec ostentation excessive d’entamer leur campagne politique dans les termes prévus à cause du deuil national tandis que les Républicains et le Front National ont profité de la situation pour promouvoir leurs propres intérêts.

Au bout du compte on peut affirmer que les Régionales 2015 sont devenues des élections sans choix au cours desquelles les électeurs ont fait tout ce qui était possible pour éviter la détérioration de la situation. [Passage supprimé]. Il reste encore plus d’une année avant la Présidentielle on continue a espérer que la société réussira de présenter une candidature qui mérite le poste le plus haut en France.
Dernière édition par ploumploum le Dim 7 Fév 2016 11:33, édité 3 fois.
Raison: Passages supprimés (car incompréhensibles) + Correction : Syntaxe/Orthographe et Titre
Morel
 
Messages: 1
Inscription: Ven 5 Fév 2016 09:20

Re: Bilan des régionales

Messagede cevenol30 » Jeu 11 Fév 2016 02:00

C'est sûr que ces élections ont un aspect de match (presque) nul et de répétition, dans une certaine mesure, de la présidentielle. Le vote en faveur de l'opposition n'a rien de surprenant (du moins si on ne prend que les élections au moins 2 ans après la présidentielle ou législative, le temps d'être déçu), ce qui l'est c'est plutôt sa dispersion et (de ce fait mais pas seulement, il y a aussi de bons bastions) la relativement bonne tenue du camp au pouvoir (et sortant localement). Surtout par rapport à la débâcle annoncée (à tort: si elle l'avait moins annoncée, le PS aurait moins eu l'air de bien s'en sortir).
l’état d’esprit de la plupart des gens est assez déprimé ou bien même dépressif .
Assez vrai. Dans les sondages, on est souvent plus pessimiste pour le pays que pour soi-même.
La majorité de la population de la France comprend que la France a besoin des mesures urgentes de réhabilitation pour améliorer sa santé socio-économique et politique.
Oui mais quoi? En effet, les "solutions" apportées sont assez souvent vues comme un nouveau problème, notamment l'austérité et bien d'autres changements "miracle" aberrants.
Pour autant elle manque un politicien qui serait digne de son héritage splendide.
Ah, le mythe de l'homme providentiel! Depuis l'instauration de l'élection du Président au suffrage direct (il y a 50 ans: 1965), on ne l'a pour ainsi dire jamais trouvé...
Le second mandat de de Gaulle, à part les législatives de juin 1968 en réaction aux "évènements" de mai, a été assez calamiteux pour finir par une démission. Pompidou n'a pas survécu à son mandat (déchaînait-il l'enthousiasme?). Giscard, son destin ( ;-) ) fut de ne pas être réélu. Mitterrand: législatives 86 perdues. Chirac passe à Matignon d'où il ne parvient pas à rejoindre l'Elysée. Re-Mitterrand et re-PS et aux législatives ça re-coince. Un temps populaire, Balladur n'est pas élu. Chirac président: législatives 97 perdues. 2002: le premier ministre rate la marche dès le premier tour (de mieux en mieux, sans même compter au profit de qui). Chirac re-préside, la pente est assez forte pour perdre un référendum et un premier ministre. Son successeur, rival du même camp, gagne sur le thème de la rupture (sympa). Et perd la fois suivante (le destin...). Quant à l'actuel, peu le trouvent vraiment providentiel.
Donc, qui fut "providentiel" à l'Elysée? Pompidou? Discutable. Et c'est un temps que les moins de 20 41 ans ne peuvent pas connaître, où le chômage était à un niveau qu'on qualifierait de plein emploi mais qui inquiétait. Pas forcément transposable aujourd'hui.
Chirac? Seulement lors de son second mandat? Elu un tantinet par défaut (moins de 20% au premier tour), chahuté... Fort discutable là aussi.
Bref, peut-être faut-il revoir le mécanisme et/ou arrêter de croire au Père Noël?
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 01:52

Précédente

Retourner vers Elections régionales de 2015

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité politique française.

Voir toutes les vidéos

Guide de l'élu délégué à l'économie et à l'emploi

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse des leviers d'action au service de l'économie et de l'emploi communaux, sans oublier les articulations avec l'intercommunalité, acteur désormais essentiel du domaine. Il s'attache aussi à répondre aux questions suivantes...

Découvrir l'ouvrage

L'acte III de la décentralisation - Une nouvelle donne pour les territoires

Chrystelle Audoit, Aurélie Aveline, Mounia Idrissi et Laurent Roturier

À vouloir répondre à tous les enjeux territoriaux à la fois, tout en s'exonérant d'une réforme constitutionnelle, la nouvelle réforme territoriale...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités