Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Un président ne devrait pas dire ça

Espace de discussion entièrement dédié à l'actualité de l'élection présidentielle de 2017. Communiquez sur la campagne, les sondages, les candidats,...

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede cevenol30 » Dim 16 Oct 2016 18:01

Mitterrand, vers la fin, avait accordé des interviews vidéo régulières à Moati pour faire un film et il n'y avait guère de problème avec ça.
Le vrai problème à mon avis, c'est la question de la hauteur de vue. Et c'est d'autant plus décevant, là, qu'Hollande en est capable au moins de temps en temps quand il veut bien (je pense à sa dernière réponse à l'interview du 14 juillet).
Mais il est décidément trop dans la combine et la manoeuvre et ce genre de chose ne se dévoilent crûment que post-mandat voire post-mortem.

Pour retrouver la partie de ce fil qui aurait pu être intégrée à celui sur la primaire PS:
Valls, tout en jouant serré (il sait que le président sait appuyer sur le bouton "eject", cf. Macron), peut se retrouver favorisé relativement par cette histoire. On le verra mieux quand on aura de nouveaux sondages testant les diverses hypothèses. Si Hollande était à 12 et lui à 9 (en intention de vote présidentielle au 1er tour - en popularité Valls est au-dessus depuis longtemps), ça peut s'inverser.
Même si la question de fond est que certains sympathisants PS voulaient bien glisser à droite jusqu'à Hollande mais quand même pas jusqu'à Valls. Maintenant que le premier est personnellement discrédité (c'est quand même grosso modo le résultat de l'épisode, sûrement à nuancer car il restera un sous-noyau fidèle), ça peut évoluer différemment sans forcément changer grand'chose au fond.
Montebourg ou autre candidat de l'aile gauche, peut aussi se trouver mécaniquement favorisé par l'affaiblissement du camp hollandien, que ce soit Hollande ou Valls qui y aille.

Quant à Macron, il prévoirait de se déclarer (hors primaires) entre mi-novembre et mi-décembre et cette histoire lui retire des raisons de se dégonfler (re-cf. http://www.leparisien.fr/politique/comm ... 45987.php# et http://www.leparisien.fr/flash-actualit ... 142227.php ).
Cette plage de dates est prévue pour intervenir avant la déclaration de Hollande.

Déclaration qui, si elle intervient (la probabilité a baissé), se fera le plus tard possible, histoire de faire oublier un peu l'épisode actuel...
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede cevenol30 » Lun 17 Oct 2016 18:14

Petite lecture du JDD avec un nouveau sondage...

L'après-Hollande a déjà commencé (avec Mélenchon, Montebourg, Valls et Macron en photo comme les 4 pouvant tirer les marrons du feu -chacun sur son créneau)
http://www.lejdd.fr/Politique/L-apres-H ... nce-817336
Un nouveau sondage fait après (le début de) l'épisode livresque indique que 86% des Français ne souhaitent pas que Hollande soit candidat (et 14% le souhaitent: pas le moindre blanc, je trouve ça étrange) mais 73% pensent qu'il le sera néanmoins. En fait, ça n'a guère bougé, si ce n'est que son petit socle à 14% semble peu entamé mais très isolé.

Et pour la réaction de l'opinion à l'affaire elle-même: pour 78% des Français, Hollande est trop bavard avec les journalistes. Il y en a donc 8%, hors croisements bizarres, qui ne pensent pas qu'il est trop bavard mais ne souhaitent pas qu'il soit candidat: il y avait après tout la plupart des raisons de ne pas le souhaiter déjà avant.
http://www.lejdd.fr/Politique/Pour-78-d ... tes-817240

Le souci est que l'alternative à Hollande semble assez dispersée: Mélenchon semble le meilleur (parmi une liste non exhaustive, testant seulement les candidats importants) pour représenter les idées de gauche, surtout pour les sympathisants FdG; Hollande (ou Valls), Montebourg et Macron faisant ensuite jeu égal à environ 19% des sympathisants de gauche (ce qui ne fait pas lourd en termes de score général, sauf à s'adjoindre des électeurs de droite comme Macron). Hollande faisant un score de 34% parmi les sympathisants PS (comme Mélenchon sur l'ensemble de la gauche), les peu conciliables Montebourg et Macron faisant encore jeu égal.
D'où un édito "il n'y a pas de plan B" à la candidature Hollande. Ce qui sous-entendrait qu'il faudrait s'y résigner? Ce n'est pas qu'il y a zéro alternative mais au contraire plusieurs (TINA/TAHA, en termes anglo-tatchériens). Avec le souci du mode de scrutin qui élimine dès le premier tour (à la différence notamment d'un scrutin à vote unique transférable avec apparentements qui éviterait d'avoir 2 tours de primaires + 2 de générale). Ceci dit et c'est en fait le propos, s'il y allait pour perdre, ça aurait au moins l'avantage de ne pas hypothéquer la carrière future de celui qui serait candidat à sa place (et qui perdrait aussi): pas grand'monde n'a envie d'aller bille en tête au casse-pipe (comme il y a un siècle mais sans canons allemands en face heureusement)
http://www.lejdd.fr/Politique/EDITO-Il- ... nde-817564

"Chez les soutiens de Hollande, la haine (gloups! carrément!), le désespoir, les appels à Valls":
http://www.lejdd.fr/Politique/Chez-les- ... lls-817657
Où on (re)voit que toute l'aile majoritaire du PS semble déboussolée.
Hamon suppose que si Valls y va, il y aura un candidat tampon (pour capter ceux qui n'aiment ni Valls ni l'aile gauche) à la primaire.
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede ploumploum » Lun 17 Oct 2016 18:33

Au delà du suicide politique, la question de la responsabilité du Président se pose (je pense à la Haute Cour). J'ai lu dans l'Opinion de ce jour (voir page 2) que le livre contenait un passage où Hollande dévoile des secrets d’État (opérations militaires)...le quotidien rappelle que ce type de révélations pour un simple militaire un fonctionnaire relève du Code Pénal.

Plus largement :
Un autre [parlementaire PS] ajoute: «Franchement, heureusement qu'on est en France! J'ai envie de dire merci de Gaulle, et merci la Ve! Aux États-Unis, je peux vous garantir que les Républicains auraient lancé une procédure d'impeachment pour moins que ça!»


http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca ... lancer.php
ploumploum
Animateur du site
Animateur du site
 
Messages: 12584
Inscription: Ven 11 Mar 2011 18:24
Localisation: Séquano-Dionysien

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede cevenol30 » Mar 18 Oct 2016 00:19

Que ce soit pour des faits commis avant ou pendant le mandat, il me semble qu'on devrait être fixé sur l'incapacité de la justice française à aller jusqu'à un procès et une condamnation pour un président en exercice ou ayant fini son mandat. A fortiori rapidement.
Même quand il s'agit d'un ancien président, plus couvert par l'immunité (du moins pour des faits détachables de la fonction, notamment ceux commis hors mandat où ça l'est forcément) et avec au moins le temps d'un mandat pour faire avancer la procédure.
Le pire qui puisse arriver, c'est une condamnation d'un collaborateur haut placé ou un rejet du compte de campagne présidentiel...

De fait, ce sont les électeurs qui jugent et de manière assez partiale (un Président qui est de mon bord et ne m'a pas déçu est certainement innocent... sinon, les "affaires" viennent renforcer mon mécontentement préexistant...).
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede Herimene » Mar 18 Oct 2016 14:01

Personnellement, je trouve qu'on en fait beaucoup trop sur cette histoire. Dieu soit pourtant que je ne suis pas un fervent supporter d'Hollande ou du PS.

Néanmoins, j'ai vraiment l'impression que certains au PS tout particulièrement cherchent à se servir de l'occasion pour lâcher Hollande et couler définitivement sa candidature. Ils se disent probablement que c'est la dernière chance qu'ils auront avant la catastrophe électorale probable du printemps prochain. Pour moi, il se réveillent un peu tard : ils auraient eu des raisons bien plus sérieuses de le faire auparavant, en s'appuyant sur des désaccords politiques ou une opposition à la "méthode de gouvernement" d'Hollande.

Ses révélations ne semblent pas casser trois pattes à un canard, même si elles sont très maladroites et malvenues. Je ne pense pas d'ailleurs qu'elles fragilisent réellement beaucoup plus Hollande qu'avant auprès de l'électorat général. Au sein des cadres PS, peut-être que si, mais les gens qui ont continué à voter PS coûte que coûte malgré l'énorme impopularité du Président et toutes les casseroles qu'il traîne ne changeront pas d'avis comme ça, sur un coup de tête, après des déclarations malheureuses à des journalistes. Les Français sont d'ailleurs globalement méfiants vis-à-vis des journalistes, presque autant qu'ils le sont vis-à-vis des politiques. Pour moi, les électeurs qui voulaient lâcher Hollande l'ont déjà fait, la société française est faite de telle sorte que les inconditionnels d'un homme politique sont prêts à tout entendre, ils soutiendront tout de même leur champion : le comportement des fervents sarkozystes est à cet égard très révélateur... ils semblent vivre dans un monde parallèle où Sarkozy aurait sauvé l'Europe (voire le Monde) de la crise financière... et est poursuivi par des juges acquis au pouvoir socialiste malgré sa totale innocence... entre autres... mais ils y croient vraiment et jamais ils ne lâcheront Sarkozy... quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, qu'il soit condamné par la justice ou non... alors des déclarations malheureuses à des journalistes ça ne me semble vraiment pas pouvoir changer de manière considérable les avis du cercle des derniers fidèles d'un homme politique, dans le contexte français.
Herimene
 
Messages: 1469
Inscription: Ven 6 Jan 2012 17:37
Localisation: Saône-et-Loire

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede Horace Babbington » Mer 19 Oct 2016 00:58

D'une certaine manière l'hypothèse de la candidature Hollande illustre le vieux conflit entre les deux écoles de l'analyse politique.

- Celle qui pense qu'une campagne influence le vote des électeurs

- Celle qui pense que l'élection se joue en réalité chaque dimanche et qu'au bout d'un certain nombre de ces élections virtuelles, l'impétrant est soit conforté soit démonétisé.

Bref, les causes lointaines ou les causes immédiates. Hollande et Sarkozy démontrent que les Français réalisent un choix très en amont et n'en bougent plus. Les campagnes, les meetings, les débats n'ont plus d'influence. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si les deux présidents passèrent la quasi-totalité de leurs mandats respectifs 20.000 lieues sous les mers sondagières.
Horace Babbington
 
Messages: 18
Inscription: Jeu 13 Oct 2016 21:39

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede Herimene » Mer 19 Oct 2016 14:53

Je suis plutôt de votre avis, mais je pense qu'il ne faut pas non plus trop généraliser, une excellente campagne d'un candidat peut encore aujourd'hui un peu modifier les rapports de force in fine, mais difficilement tout renverser. Après, il faut que les candidats en difficulté avant la campagne ne soient pas démonétisés politiquement parlant auprès des électeurs...

Une très bonne campagne a amené un outsider à gagner la Présidentielle de 1995 (Chirac), si l'on remonte plus loin Mitterrand a remonté un énorme retard sur Giscard en quelques mois en 1980-1981, et plus récemment Bayrou a failli créer une énorme surprise en 2007. Après, il s'agit à chaque fois de candidats qui étaient respectés politiquement parlant, dont la stature présidentielle était indéniable et intacte auprès des électeurs. Leur marasme sondagier était dû davantage à la bonne forme et à l'exposition médiatique de leurs concurrents qu'à autre chose...

Bref, même si j'en conviens que tous les exemples que je cite commencent un peu à dater, je crois que c'est possible, à partir du moment où un candidat est respecté dans l'opinion et considéré comme un Présidentiable solide, de remonter la pente en quelques mois. Il faut juste que l'épreuve du pouvoir ne l'ait pas trop usé (c'est donc encore plus difficile pour un président sortant qui a son bilan à défendre, et dont les outsiders peuvent justement critiquer à foison jusqu'à le faire trébucher : ce fut d'ailleurs le cas pour Giscard en 1981 malgré une avance énorme dans les sondages quelques mois avant l'élection) et surtout que le crédit politique qu'il a auprès des électeurs ne soit pas trop entamé.

Bref, pour Hollande et probablement pour Sarkozy, c'est très mal parti avant tout car la majorité des électeurs ne leur accorde plus aucun crédit politiquement parlant, et pas seulement parce qu'ils sont mal en point dans les sondages.
Herimene
 
Messages: 1469
Inscription: Ven 6 Jan 2012 17:37
Localisation: Saône-et-Loire

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede Horace Babbington » Mer 19 Oct 2016 16:30

Herimene a écrit:
Une très bonne campagne a amené un outsider à gagner la Présidentielle de 1995 (Chirac), si l'on remonte plus loin Mitterrand a remonté un énorme retard sur Giscard en quelques mois en 1980-1981, et plus récemment Bayrou a failli créer une énorme surprise en 2007. Après, il s'agit à chaque fois de candidats qui étaient respectés politiquement parlant, dont la stature présidentielle était indéniable et intacte auprès des électeurs. Leur marasme sondagier était dû davantage à la bonne forme et à l'exposition médiatique de leurs concurrents qu'à autre chose...


En 1995 et en 2007, était-ce une bonne campagne de Chirac et Bayrou ou une mauvaise de Balladur et Royal? Plus exactement, la qualification de Chirac et les 18% de Bayrou venaient-ils de leurs propres ressources ou du rejet de Balladur et Royal à droite pour l'un et à gauche pour l'autre?
Pour moi, une fois que la gauche s'est vue avec un candidat (Hollande) qui lui disait ce qu'elle voulait entendre sur l'économie et l'immigration, Bayrou est revenu à son niveau habituel ou presque (9%). Il était de 6% dix ans plus tôt.
En 1995, Balladur était trop...lui même. Souvenez-vous de l'épisode Balladur dans le métro...Chirac jouait sur du velours sans avoir à fournir des efforts colossaux. La pomme et la fracture sociale c'était habile mais c'était un angle dicté en creux par la personnalité de Balladur.
Et 1981, tous les observateurs avisés que sont les forumeurs savent bien que c'est Chirac qui faisait voter Mitterrand, c'était le comte de Warwick Richard Neville de 81, le "faiseur de rois".

Finalement, ces trois élections étaient en "contre" plutôt qu'en "pour" et c'est quand même plus facile comme ça quand l'adversaire est votre meilleure chance de gagner. La seule vraie élection en "pour" c'est 2007 avec Sarkozy. D'où la vivacité du "contre" qui lui sera fatal dans un mois.
Horace Babbington
 
Messages: 18
Inscription: Jeu 13 Oct 2016 21:39

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede cevenol30 » Mer 26 Oct 2016 14:09

Pour revenir plus au sujet, un sondage dont on a déjà parlé ailleurs montre une légère baisse de popularité de Hollande à 14 (-1), sachant qu'une fois le socle atteint c'est plus dur de creuser.
http://www.francetvinfo.fr/politique/fr ... 85885.html
Quant à ceux sur les intentions de vote, ils peuvent le voir en-dessous de 10...
Surtout, les commentaires qualitatifs recueillis dans le premier sondage sont très durs sur l'affaire.
F. Dabi a écrit:les sondés (...) parlent du livre, souvent pour en déduire qu’il n’est pas à la hauteur de sa fonction
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

Re: Un président ne devrait pas dire ça

Messagede cevenol30 » Mar 8 Nov 2016 00:37

Les hollandiens les plus proches prennent leurs distances avec Hollande (sauf Le Foll), songeant déjà au renoncement du président et son remplacement comme candidat (à la primaire) par Valls.
Mignard notamment est assez dur sur la sortie du livre (et aussi sur la stratégie "président normal") et souhaite qu'Hollande s'évite une humiliation...
http://tempsreel.nouvelobs.com/politiqu ... outer.html

Le député P. Lellouche se bat pour faire destituer Hollande, il semble que ça n'ait aucune chance de passer vu le temps qui reste mais c'est probablement une manoeuvre pour renforcer l'hostilité donc la motivation de l'électorat de droite:
http://tempsreel.nouvelobs.com/politiqu ... -rien.html
cevenol30
 
Messages: 2220
Inscription: Lun 16 Mar 2015 00:52

PrécédenteSuivante

Retourner vers Élection présidentielle de 2017

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Comprendre les finances locales

Joël Clérembaux

Les finances locales sont une matière trop sérieuse pour être confiée aux seuls experts ! Les élus locaux, qui ont la lourde responsabilité de prendre les décisions en matière budgétaire, ne doivent pas s'en tenir...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué aux affaires scolaires et à l'action éducative

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse du cadre des politiques éducatives locales et de leurs champs d'intervention (construction, entretien et fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité