Politiquemania

La base de données de la vie politique française

Présence du Front National

Chambre de discussion sur les élections cantonales qui seront organisées en mars 2011 et visant au renouvellement de la moitié des conseillers généraux.

Re: Présence du Front National

Messagede vudeloin » Ven 8 Avr 2011 14:44

La présence du Front National lors des élections cantonales des 20 et 27 mars trouve application dans l’ensemble des 402 cantons où le parti lepéniste a concouru lors du second tour.

Ce qui doit immédiatement amener à se demander quels sont les cantons, dans cet ensemble, où il a pu dépasser la nouvelle barre de qualification ( celle des 12,5 % des inscrits ), ceux où il s’est situé entre 10 % ( ancienne norme ) et 12,5 % et, enfin, ceux où sa qualification tient à sa position d’arrivée du premier tour, c'est-à-dire le plus souvent la seconde, permettant une qualification par repêchage dans un contexte global de forte abstention.

On se rappellera que, lors du précédent renouvellement sur la même série cantonale, le FN avait réussi à présenter 280 candidats environ ( en fait il avait 281 qualifiables et 278 engagés au second tour ), tous ayant comme particularité, à quelques exceptions, d’avoir dépassé la barre fatidique des 10 % des inscrits.

En 2011, le Front National s’est donc trouvé au second tour engagé dans 402 cantons en ballottage.

56 de ces cantons ont vu le candidat du Front National dépasser la barre des 12,5 % des inscrits et 129 de plus celle des 10 %.

Ce qui fait 185 cantons où le FN dépasse les 10 % ( environ 9 % des cantons renouvelables cette année et près du dixième de ceux renouvelables en France métropolitaine, le parti lepéniste n’ayant pas de représentation Outre Mer, malgré quelques tentatives dans le passé ).

On est donc sur un profil global où une bonne centaine de cantons manquent à l’appel, compte tenu de la performance 2004, soit parce que le score de l’époque n’y a pas été renouvelé, soit parce que la performance alors atteinte n’a pas été reproduite, soit encore parce que, comme tous les autres partis, le Front a subi les effets de la progression sensible de l’abstention qui a réduit d’un tiers le nombre des bulletins valides dans les urnes cantonales en sept ans.

Nous verrons si ce tassement éventuel de l’influence du FN, en termes de voix et d’inscrits, va de pair ou non avec son élimination ou sa qualification en 2011 au regard de 2004.

LE CAS DES 56 CANTONS LES PLUS FAVORABLES AU FRONT NATIONAL

Les 56 cantons les plus favorables au Front National sont assez nettement déterminés sur le territoire national et recoupent, pour l’essentiel, les zones de forces devenues « traditionnelles « du parti lepéniste.

Par Région administrative, cela donne en pratique les données suivantes ( nous avons classé les Régions au regard du nombre de cantons concernés ).

Languedoc Roussillon : 14 cantons.

Ce sont les cantons de Carcassonne 1, Coursan, Lézignan Corbières, Pont Saint Esprit, Roquemaure, Saint Chaptes, Saint Mamert du Gard, Vauvert, Béziers 3, Béziers 4, Capestang, Ganges, Servian, Perpignan 9 (Bas Vernet).

Dans 11 de ces 14 cantons, le FN dépasse le nombre de ses voix de 2004 et tire parti, dans presque tous les cas, d’une perte d’influence de l’UMP et de la droite parlementaire, à l’exception notable du canton de Coursan – où la droite n’avait pas de candidat en 2004 –, de celui de Lézignan et de celui de Ganges.

Dans 10 cantons, le FN était déjà au second tour en 2004.

Dans ceux de Lézignan et de Ganges, il se retrouve au second tour face à un sortant PS élu au premier tour en 2004 et dans ceux de Servian et de Perpignan 9, il se substitue à la droite parlementaire au second tour – dans le second cas, le siège était UMP sortant -.

Une certaine forme de continuité géographique se trouve d’ailleurs dans la liste de ces cantons puisque, par exemple, quatre des cinq cantons héraultais concernés sont dans l’arrondissement de Béziers et quasi contigus.

Provence Alpes Côte d’Azur : 13 cantons

Ce sont les cantons de Cagnes sur Mer Centre, Nice 11, Allauch, Tarascon, Marseille La Capelette, Marseille Les Olives, Brignoles, Fréjus, Rians, Saint Raphaël, Six Fours les Plages, Bédarrides, Carpentras Nord.

Outre que deux de ces cantons sont ceux que le FN a gagné au second tour, on notera qu’il s’agit, le plus souvent, de cantons littoraux dans les Bouches du Rhône, le Var ou les Alpes Maritimes ou de cantons de la vallée du Rhône ( Tarascon, Bédarrides, Carpentras Nord )

Notons d’emblée que les cantons provençaux de Tarascon, de Bédarrides ou de Carpentras ( d’ailleurs mitoyens ) sont voisins des deux cantons d’Orange tenus par la famille Bompard, mais aussi des cantons gardois de Roquemaure et de Pont Saint Esprit, le tout se plaçant dans la continuité des cantons de Pierrelatte ( Drôme ) et Viviers ( Ardèche ) que nous allons retrouver un peu plus tard…

Le FN était présent, soit en triangulaire, soit en duel, lors du second tour dans 11 de ces cantons en 2004.
Il ne se retrouve au second tour que dans deux cantons PS : Allauch et Rians, où le scrutin de l’époque s’était terminé au premier tour.
Dans le cas d’Allauch, le FN était arrivé second en 2004.

Franche Comté : 5 cantons

Il s’agit des cantons d’Etupes, Montbéliard Ouest, Pont de Roide, Champagney et Héricourt Ouest.

Sur un plan géographique, la situation est simple : les cinq cantons se situent dans une quasi continuité, et procèdent tous de ce que l’on peut appeler le pays « Peugeot «, par référence à l’usine de Sochaux et aux établissements voisins d’Héricourt par exemple.

Sur un plan politique, les 5 cantons avaient déjà un candidat FN au second tour de 2004, engagé en triangulaire dans quatre cas et en duel dans le 5e, ce qui signifie que le FN tire pleinement parti de la baisse, sinon de la disparition ( Champagney ) de la droite parlementaire.

Champagne Ardennes : 5 cantons

Il s’agit des cantons d’Arcis sur Aube, Bouilly, Marcilly le Hayer, Nogent sur Seine et Saint Dizier Ouest.
Les quatre cantons aubois encadrent l’agglomération troyenne, l’un au Nord, deux autres vers l’Ouest et le troisième au Sud Est tandis que le canton bragard confirme la présence du FN dans un secteur ( le pays du Der ) où les effets des délocalisations industrielles se font ressentir dans les comportements électoraux.
Même si le pourcentage de votes n’atteint pas les 12,5 % des inscrits, les deux autres cantons haut marnais favorables au FN sont ceux de Saint Dizier, et l’influence du Front se fait également ressentir dans le premier canton meusien voisin ( celui d’Ancerville ) comme dans les cantons marnais les plus proches ( Thiéblemont Farémont, Vitry le François ou encore Saint Rémy en Bouzemont – Saint Genest et Isson où le candidat lepéniste est battu au premier tour mais avec 13,26 % des inscrits en sa faveur ).
Sur Arcis, Bouilly, Nogent et Saint Dizier, le FN était déjà engagé au second tour en 2004.
Sur Marcilly, où le candidat UMP avait été élu au premier tour, il était arrivé 2e.

Picardie : 4 cantons

Il s’agit des cantons de Fère en Tardenois, Mouy, Noyon et Rue.

Dans les cas de Fère, Mouy et Noyon, le FN était déjà qualifié en 2004.
Il était même sortant dans le canton de Noyon où il avait été battu.
Dans le cas du canton de Rue, situé en baie de Somme, nous sommes en présence du canton où l’influence de CPNT fut l’une des plus fortes dans le passé.
Le parti des chasseurs avait en effet atteint jusqu’à 27 ou 28 % dans ses meilleures années dans ce canton connu pour être l’un de ceux où l’on pratique le plus la chasse au gibier d’eau.

Nord Pas de Calais : 3 cantons

Il s’agit des cantons de Cambrin, Montigny en Gohelle, Vimy.

Sans surprise, il s’agit de trois cantons du Pas de Calais, plutôt orientés vers l’ex bassin minier, même si Vimy est dans l’entre deux entre ce bassin ( une bonne part des communes du canton sont dans l’agglo de Lens Liévin ) et le pays arrageois. Un entre deux quelque peu tragique en 1917, comme le rappellent bien des monuments…

Pour Cambrin et Montigny, le FN confirme sa prédominance sur la droite ( elle était même absente sur Cambrin ) et il la supplante sur le canton de Vimy où elle était pourtant sortante.

On pourra évidemment s’étonner du faible nombre de cantons où le FN dépasse le seuil des 12,5 % dans cette région mais il convient tout de suite de souligner qu’il dépasse les 10 % dans 17 autres cantons nordistes ( 6 dans le Nord et 11 dans le Pas de Calais ).

Bourgogne : 2 cantons

Il s’agit des cantons de Saint Jean de Losne et de Pont sur Yonne.

Dans les deux cas, le FN était qualifié en triangulaire en 2004 et dans les deux cas, la droite parlementaire a été éliminée cette année.
On notera que le canton de Pont sur Yonne se situe dans l’exact prolongement du canton seine et marnais de Villiers Saint Georges.

Centre Val de Loire : 2 cantons

Il s’agit des cantons de Lorris et de Sully sur Loire.

Ces deux cantons, pas tout à fait ruraux, pas tout à fait urbains, se situent dans le Loiret.
L’un, Lorris, avait déjà un candidat FN en 2004 et l’autre, Sully, avait réélu son conseiller général de droite au premier tour. Le FN y avait talonné le PS en obtenant 18,5 % des voix ( 11,7 % des inscrits ).

A noter dans cette région que le FN n’a qualifié qu’un seul candidat en Eure et Loir, sur Dreux, avec un pourcentage inférieur à 10 % des inscrits d’ailleurs.

Lorraine : 2 cantons

Il s’agit des cantons d’Ancerville et de Fraize.

La faible participation déclasse la totalité des cantons de Moselle et de Meurthe et Moselle de ce tableau, même si on retrouve sept cantons dans la catégorie comprise entre 10 et 12,5 % des inscrits pour la Région.

Pour le canton d’Ancerville, nous sommes dans l’orbite de Saint Dizier, déjà relevée pour Champagne Ardennes.
Pour le canton de Fraize, nous sommes dans un canton ouvrier, limitrophe de l’Alsace et du pays déodatien. Sur l’autre versant, c’est Sainte Marie aux Mines, Lapoutroie, la vallée de Munster.
Dans ce cas précis, le FN supplante la droite parlementaire qui perd 40 % de ses voix de 2004…

Rhône Alpes : 2 cantons

Il s’agit des cantons de Viviers et de Pierrelatte.

Ces deux cantons se situent de chaque côté du Rhône, l’un dans l’Ardèche, dans un secteur marqué par le chômage et l’autre dans la Drôme, dans un canton historiquement de droite – et même de père en fille, puisque le siège est détenu par Marie Pierre Mouton, fille de Jean Mouton, seul président de droite du conseil général de la Drôme connu et maire de Pierrelatte pendant 32 ans – et dont l’un des élus s’appelle Eric Besson, maire de Donzère, ex PS devenu animateur des Progressistes, groupuscule associé à l’UMP, et ancien Ministre de l’Immigration.

En 2004, le FN était engagé dans les deux cantons au second tour, au travers d’une quadrangulaire à Viviers et d’une triangulaire à Pierrelatte, la droite étant donc éliminée dans le premier cas et la gauche dans le second.

7 autres cantons rhonalpins ont permis au FN d’obtenir le soutien de 10 % des inscrits au moins et d’être qualifié pour le second tour.

Aucun de ces cantons n’est situé dans les villes de Lyon, Grenoble, Saint Etienne, Chambéry ou Annecy, entre autres grandes cités de la Région, ni même sur Villeurbanne, Vaulx en Velin ou Valence.

Ce qui n’empêche cependant pas la qualification du FN dans certains de ces cantons urbains, du fait de sa position au premier tour.

Ile de France : 2 cantons

Ce sont les deux cantons seine et marnais de Lizy sur Ourcq et de Villiers Saint Georges.

Dans les deux cas, il s’agit de cantons où 2004 avait été marqué par une triangulaire avec présence du FN même si, cette année, la gauche a été éliminée sur Villiers Saint Georges et battue, alors que sortante, sur Lizy.

Un canton aquitain ( celui de Pauillac en Gironde ) et un canton alsacien ( celui de Niederbronn les Bains dans le Bas Rhin ) complètent la liste des 55 cantons où le FN dépasse les 12,5 % des inscrits.

Dans le cas du canton alsacien, le FN était qualifié en 2004, avec le même candidat d’ailleurs.
Dans celui de la Gironde, il a investi comme candidat son ancien député Jacques Colombier qui a réussi à supplanter l’UMP au second tour face au PS sortant.

QUELLES CONCLUSIONS TEMPORAIRES ?

13 des 22 Régions ont donc au moins un candidat FN nanti d’un score au moins égal à 12,5 % des inscrits aux cantonales 2011.

5 autres Régions ( Auvergne, Bretagne, Limousin pour 1 canton, Haute Normandie pour 4 et Midi Pyrénées pour 6 ) comptent au moins un qualifié FN doté d’au moins 10 % des inscrits.

Enfin, quatre Régions ( Corse, Basse Normandie, Pays de Loire et Poitou Charentes ) n’ont soit pas de candidat FN au second tour, soit un ou des candidats qualifiés avec moins de 10 % des inscrits.

55 des 56 cantons les plus favorables au FN se situent à l’Est de la ligne Caen Perpignan que nous avons déjà dessinée.

173 des 185 cantons où le FN dépasse les 10 % des inscrits et se qualifie pour le second tour sont dans le même cas.

Mais, surtout, nous avons défini les zones de force du parti : le secteur de l’ex bassin minier du Nord Pas de Calais, l’Est du Bassin Parisien ( 5 des 6 cantons franciliens où le FN dépasse 10 % des inscrits sont en Seine et Marne ) et notamment le pays de Saint Dizier, l’Alsace Moselle ( 5 des 8 cantons lorrains où le FN dépasse 10 % des inscrits sont situés dans le 57 ), le pays de Montbéliard, la vallée du Rhône et, surtout, le littoral méditerranéen.

L’implantation du FN dans d’autres régions procède parfois le proximité avec Paris, comme dans l’Eure, le Loiret ou encore l’Oise.
Ainsi, le FN était présent au second tour dans les cantons mitoyens de Gaillon, Ecos, Etrépagny et les Andelys dans l’Eure – tous cantons qui procèdent pour certains aspects de la grande banlieue parisienne -. Ou encore dans les cantons de Creil Nogent, de Chantilly, de Senlis, de Chaumont en Vexin, tous cantons proches de l’Ile de France et dont les habitants vont souvent y travailler.

Mais ailleurs, de manière générale, la présence du FN s’avère parfois un peu fortuite, et doit beaucoup à ce qui semble bien l’élément clé du score atteint aux cantonales, c'est-à-dire une très forte mobilisation de cet électorat au regard de la mobilisation des autres électorats.

Le FN n’a pas retrouvé au premier tour toutes les voix du premier tour de 2004 mais il semble avoir moins subi que les autres les effets de la démobilisation électorale et il semble bien qu’il y ait quelque lien entre une participation réduite et par conséquent plutôt concentrée sur l’électorat le plus âgé et les performances globales du parti.

Qui a surtout été fort dans ses points forts.

Sur les 56 cantons où il dépasse les 12,5 %, il était déjà présent dans 46 cantons au second tour et doit plusieurs qualifications au fait que les sortants n’ont pas atteint les 25 % des inscrits.

Sur les 185 cantons où il dépasse 10 %, il était présent au second tour dans 156 d’entre eux, confirmant donc sa relative implantation dans tous ces secteurs.

Pour savoir s’il remplace ou non la droite parlementaire dans l’esprit de l’électorat, peut être que le simple fait de rappeler que le FN, sur ses 56 meilleurs cantons, s’opposait à la gauche dans 34 cas plus deux triangulaires suffit à montrer ce qui peut apparaître comme une évidence.

Quant aux 185 cantons, ils donnent 113 duels Gauche – FN, 7 triangulaires et 65 duels Droite – FN.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Présence du Front National

Messagede HORATIO » Dim 10 Avr 2011 12:23

vudeloin a écrit:55 des 56 cantons les plus favorables au FN se situent à l’Est de la ligne Caen Perpignan que nous avons déjà dessinée ..

Compte tenu des critères retenus, ton étude permet de conclure que les cantons dans lesquels le FN est le plus fort se situent dans le Nord, l’Est, le Sud et le Sud-Ouest , rien de plus

Cette ligne Caen Perpignan, « nous » l’avons sans doute dessiné sur la base des départements où le score du FN dépasse les 15% de suffrages exprimés, il faudrait l’actualiser avec les mêmes critères de l’époque. (Quelles élections ? Quelle ligne précisément ? Quel était le critère objectif de l’époque ?)

NB : Tu écartes la région Aquitaine au titre des exceptions (Pauillac), tu écartes aussi l’Auvergne et la Bretagne un peu facilement, il est vrai qu’elles ne figurent pas vraiment sur ta ligne Caen Perpignan.

vudeloin a écrit:Enfin, quatre Régions ( Corse, Basse Normandie, Pays de Loire et Poitou Charentes ) n’ont soit pas de candidat FN au second tour, soit un ou des candidats qualifiés avec moins de 10 % des inscrits. ..

« candidats qualifiés avec moins de 10% des inscrits », ce sous-critère tiré par les cheveux te permet d’écarter trois autres régions de tes analyses (Basse Normandie, Pays de Loire et Poitou Charentes) au second tours et de conclure ce que tu avais décidé de conclure avant de réaliser ton étude.

Concernant ta thèse de « la ligne Caen Perpignan », 6 régions sur 21 font exception (Corse non concernée), cela fait beaucoup pour une analyse nationale.
Dans la mesure où beaucoup de régions sont de l’autre côté de la ligne, cette thèse ne concernerait plus qu’une ou deux région(s).
Si l’on veut analyser l’implantation du FN, il vaudrait mieux le faire sur la base d’une carte nationale qui indique les niveaux de scores départementaux. (Je n’ai pas)

vudeloin a écrit:Quant aux 185 cantons, ils donnent 113 duels Gauche – FN, 7 triangulaires et 65 duels Droite – FN.

Il y avait 5 triangulaires Gauche/UMP/FN annoncées ; 3 dans la somme, 1 en Seine-et-Marne et 1 dans l’Aube. « 7 triangulaires », où seraient les deux dernières ?
HORATIO
 

Re: Présence du Front National

Messagede vudeloin » Dim 10 Avr 2011 18:13

Je pense, Horatio, qu'il conviendrait de relire quelques uns des messages antérieurs pour ce qui concerne la " so called " ligne Caen Perpignan..
Si nous l'avons déjà tracée, figure toi, c'est uniquement par référence aux élections antérieures ( 2001, 2004 et 2008 entre autres ) où nous observions une quasi absence ou une présence quasi anecdotique du FN au second tour des cantonales dans les régions situées à l'Ouest de cette ligne.
Ce n'est pas de ma volonté si la droite bretonne, angevine ou poitevine dispose de moyens pour canaliser son électorat et lui éviter d'aller par trop voir ce qui se passe dans l'univers lepéniste...
Quand le FN garde une candidate ( la seule d'ailleurs ) dans le Morbihan, c'est avec moins de 5 % des inscrits et par la grâce de la division de la droite parlementaire sur deux candidats !
En plus dans un canton qui est une sorte de " strong seat " pour le PS !
Qu'elle n'y arrive pas ou plus ailleurs, et notamment dans les régions du Nord, Nord Est ou sur le littoral méditerranéen me semble aussi évident et doit tenir à des comportements politiques dont une bonne part nécessite une analyse plus approfondie.
Ce qui m'intéresse aussi c'est que l'influence du FN semble connaître un phénomène réel de " peau de chagrin " qui tend à se matérialiser par des zones d'influence assez strictement délimitées sur le territoire, y compris dans les zones de forces.
Et que certaines positions anciennes sont aussi perdues...
Mais bon, si tu veux, je te fais passer le fichier intégral des 402 cantons, avec tous les détails...
Ca fait trente pages :)
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Présence du Front National

Messagede HORATIO » Dim 10 Avr 2011 20:58

@ vudeloin
Les critères basés sur les inscrits (5, 10 ou 12,5%) ne sont pas significatifs d’autant qu’à la présidentielle la participation (70, 80% ?) sera sensiblement supérieure.

Hors triangulaire, pour être au second tour, il faut être la seconde force politique de la délimitation géographique. Tu présentes un contre-exemple à cela, dans le Morbihan, les deux candidats de la droite divisée ne devaient surement pas s’attendre au résultat.

Tu n’as pas répondu sur le critère objectif initial de l’établissement de cette ligne.

« So call », je ne sais pas ce que c’est, lien ? C’est curieux ce besoin d’utiliser des mots issus de la langue anglaise.

Ce critère de ligne Perpignan Caen que tu veux absolument t’imposer empêche d’analyser les choses telles qu’elles sont..

Je pense que la progression du FN est plus importante à l’Ouest qu’à l’Est.
C’est avec beaucoup d’impatience que j’attends tes résultats nationaux complets et t’en remercie par avance.

Autre façon de voir : dans de nombreux cantons de l’Ouest, le score du FN est souvent supérieur à ceux qu’il obtenait dans le passé dans l’Est, le Nord et le Sud
Coté Est de cette ligne, le département du Pas-de-Calais qui est considéré par beaucoup d’observateurs comme un bastion de toujours du FN ; pourtant lors de sa « percée » des européennes de 1984, cette formation n’y recueillait que 6,67% des suffrages (à peine 4% des électeurs inscrits)

A la présidentielle, quel critère vas-tu inventer pour justifier cette ligne si l’écart entre le score de chacune des régions et sa moyenne nationale est faible ?

vudeloin a écrit:Ce qui m'intéresse aussi c'est que l'influence du FN semble connaître un phénomène réel de " peau de chagrin " qui tend à se matérialiser par des zones d'influence assez strictement délimitées sur le territoire, y compris dans les zones de forces.


Le FN n’a pas présenté de candidat dans des cantons dans lesquels il avait recueilli parfois des scores de 14% en 2004.
« Peau de chagrin », en candidats sans doute ; râteau des législatives de 2007 (4%), perte de toute représentation dans de nombreux conseils régionaux en 2010.
« Peau de chagrin » en électeurs, surement pas.
L’influence du FN ne se limite plus aux zones géographiques qui ont la réputation d’avoir à tort ou à raison des questions ou problèmes en matière de peuplement.
HORATIO
 

Re: Présence du Front National

Messagede vudeloin » Dim 10 Avr 2011 22:16

Pas de souci, Horatio, d'autant que, au cas où tu ne l'aurais pas compris, cette question du pourquoi du vote FN procède d'une sorte de " work in progress" ou plutôt, puisque tu ne goûtes guère les anglicismes, de travail en cours.
Sur le nombre de voix, détail qui vaut ce qu'il vaut, mais le FN n'a pas fait autant de voix cette année qu'en 2004 ( il a perdu environ le dixième des électeurs qui avaient voté pour lui alors ), c'est à dire qu'il a subi comme les autres, mais probablement moins que les autres, les effets de la hausse de l'abstention.
Alors, bien sûr, tu vas me dire ( et d'autres aussi ) qu'il était présent dans un nombre plus réduit de cantons qu'il y a sept ans.
Oui mais tu as aussi des endroits où il s'est retrouvé au second tour parce qu'il n'y avait pas de candidat de la droite classique.
Ce que je crois, mais c'est là une piste qui demande vérification, c'est que le FN, globalement, a mieux mobilisé ses électeurs que les autres ( rien à voir avec l'UMP, et même le PS et, plus encore, les Verts ) et qu'il a pu retrouver, dans certains cas, un électorat de " présidentielles ".
Question : quels ressorts pour y arriver ? La faiblesse des uns, la réalité de l'organisation territoriale du mouvement ? un renforcement lié à des conditions sociologiques propres à tel ou tel secteur du pays ?
Pour être précis, en 2004, le FN avait fait un peu plus 1,49 million de voix.
Cette année, sa fabuleuse poussée, pour la même série, l'a mené sous le 1,4 milion.
( voici d'ailleurs ce que j'ai mis sur la discussion ' Résultats au niveau national ' sur le sujet )
Pour le FN, on aurait du avoir 1,11 million de voix et l’on se retrouve avec 1,38 million, soit une hausse de 0,27 million, ou un petit quart du point de départ.

Mais le mouvement est plus net aussi parce que le nombre de candidats est plus faible.
On peut penser que la progression réelle du FN, absent là où il avait tout de même peu de chances de passer le cap du premier tour, est donc assez proche de la déperdition de l’UM
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Présence du Front National

Messagede HORATIO » Dim 10 Avr 2011 23:41

vudeloin a écrit:Oui mais tu as aussi des endroits où il s'est retrouvé au second tour parce qu'il n'y avait pas de candidat de la droite classique .

Quand un candidat UMP est présent au second tour, on ne précise pas que c’est parce qu’il n’y avait pas de candidat FN, pourtant les scores nationaux de ces deux formations sont proches.
Aucune de ces deux formations n’a spécialement cherché à ménager l’autre.
Le FN a des problèmes d’implantation et d’encadrement dans plusieurs régions.
L’UMP en a moins, mais en a tout de même dans plusieurs départements.

vudeloin a écrit:Sur le nombre de voix, détail qui vaut ce qu'il vaut, mais le FN n'a pas fait autant de voix cette année qu'en 2004 ( il a perdu environ le dixième des électeurs qui avaient voté pour lui alors ), .

Il faudrait appliquer ce même critère à l’ensemble des formations, je crois que tous ont au moins perdu autant.
La participation a été supérieure aux européennes de 2009 pour un scrutin traditionnellement moins mobilisateur.

vudeloin a écrit:Ce que je crois, mais c'est là une piste qui demande vérification, c'est que le FN, globalement, a mieux mobilisé ses électeurs que les autres ( rien à voir avec l'UMP, et même le PS et, plus encore, les Verts ) .

Je persiste à penser qu’aucune formation n’a réussi à mobiliser.
« Mieux mobilisé que d’autres », ce genre de constat, on ne peut le faire que lorsque chaque formation politique a mobilisé tous ses fonds de tiroirs (participation à au moins 80% donc)

Souviens-toi du calendrier de l’année 1988 (présidentielles, législatives, cantonales) avec des participations et des résultats différents. Le score du FN a été d’autant plus élevée que la participation était plus forte (ou inversement le score du FN était plus faible quand la participation était plus faible) Par rapport à 1988, pour 2011-2012, les cantonales sont simplement devant.

Les raisonnements sur les inscrits et sur « les réserves d’électeurs » sont faux.
La logique des sondages est « l’échantillonnage », je crois que c’est comme cela que cela fonctionne. Les sondages sont plutôt justes quand les marges d’erreur sont données (ce qui n’est pas le cas en France) et quand ils sont rendus publics (ce qui n’a pas été le cas en 2002)
Toutefois, les sondages ne valent pas prédiction, des intentions de vote bougent tous les jours.
Les sondages d’aujourd’hui sont une photographie instantanée de l’opinion d’aujourd’hui, rien de plus.
En un an, beaucoup de choses peuvent évoluer.
HORATIO
 

Re: Présence du Front National

Messagede vudeloin » Lun 11 Avr 2011 00:12

Pour les intéressés, la liste des triangulaires avec le FN au second tour des cantonales..

Bouilly ( Aube ) : 34,56 ; 15,95 ( triangulaire comme en 2004, sortant PS) , FN en tête au 1er tour, contrairement à 2004. Le FN gagne 365 voix et la droite perd 729 voix. Au second tour, le FN gagne encore 191 voix, la droite regagne 209 voix et la gauche progresse de 297 voix.

Saint Dizier Nord Est ( Haute Marne ) : 24,66 ; 10,08 ( triangulaire avec UMP et PCF sortant, non élu faute de 25 % ). Le FN perd 111 voix sur 2004 et la droite 289 voix.

Pont de Roide ( Doubs ) : 24,95 ; 13,16 ( triangulaire avec PS et UMP sortant comme en 2004). Le FN gagne 278 voix, la droite perd 989 voix, la gauche perd 414 voix mais progresse d'un peu moins d'un point sur 2004.

Lizy sur Ourcq (Seine et Marne ) : 28,11 ; 12,73 ( triangulaire avec UMP et PS comme en 2004). Le FN gagne 123 voix et la droite perd 333 voix sur 2004. La gauche passe de 44,1 à 36,3 % dans un canton rurbain où l’on compte 860 électeurs de plus.
Au second tour, le FN regagne encore 22 voix et la droite regagne 380 voix.

Le premier chiffre est le pourcentage des électeurs exprimés en faveur du FN, le second le pourcentage des inscrits.

Allez savoir pourquoi j'en avais vu sept ! :)

Sur les duels de second tour, indiquons les rapports par régions

Aquitaine : 12 duels Gauche/FN
Alsace : 2 duels Gauche/FN ; 10 duels Droite/FN
Auvergne : 1 duel Gauche/FN ; 2 duels Droite/FN
Bretagne : 3 duels Gauche/FN
Centre Val de Loire : 8 duels Gauche/FN, 6 duels Droite/FN
Champagne Ardennes : 7 duels Gauche/FN, 14 duels Droite/FN, 2 triangulaires ( d'ailleurs gagnées par la gauche )
Bourgogne : 13 duels Gauche/FN, 3 duels Droite/FN
Franche Comté : 8 duels Gauche/FN, 1 duel Droite/FN, 1 triangulaire ( gagnée par a gauche )
Languedoc Roussillon : 30 duels Gauche/FN, 5 duels Droite/FN
Limousin : 4 duels Gauche/FN
Lorraine : 13 duels Gauche/FN, 9 duels Droite/FN
Midi Pyrénées : 12 duels Gauche/FN
Nord Pas de Calais : 40 duels Gauche/FN, 2 duels Droite/FN
Haute Normandie : 12 duels Gauche/FN, 4 duels Droite/FN
Pays de Loire : 1 duel Gauche/FN, 2 duels Droite/FN
Picardie : 11duels Gauche/FN, 11 duels Droite/FN
Poitou Charentes : 4 duels Gauche/FN
Provence Alpes Côte d'A zur : 29 duels Gauche/FN, 36 duels Droite/FN
Rhône Alpes : 27 duels Gauche/FN, 12 duels Droite/FN
Ile de France : 32 duels Gauche/FN, 12 duels Droite/FN, 1 triangulaire ( la seule emportée par l'UMP ).

TOTAL SUR 402 CANTONS : 269 duels Gauche/FN, 129 duels Droite/FN, 4 triangulaires.

Pour compléter dans l'approche des faits, un retour sur les deux succès du FN.

En 2004, à Brignoles, nous avions 16 707 inscrits et 10 122 exprimés au premier tour.

Le FN avait fait 2 269 voix, avec le même candidat, l'UMP 2 072 voix et un DVD 1 735 voix.
A gauche, le candidat PCF s'était qualifié en faisant 2 143 voix, avec 1 521 voix pour le PS et un candidat d'extrême gauche.
C'est à dire que le FN était en tête du ballottage et qu'on avait trouvé trois candidats au second tour.
Le candidat PCF avait été élu avec 4 713 voix au second tour, soit un gain de plus de 1 000 voix sur le total de gauche du premier tour, tandis que l'UMP faisait 3 247 ( gain de plus de 1 000 voix sur son score initial ) et le FN 2 654 voix, soit un plus de moins de 400 voix.

En 2011, on compte 19 805 inscrits dans ce canton, soit une hausse de près de 20 % du nombre des électeurs.

Le nombre des exprimés est passé à 8 361, c'est à dire une baisse d'un sixième du nombre des bulletins valides.

Le FN a fait 2 757 voix, c'est à dire 488 de plus qu'en 2004.
La droite a fait 1 981 voix, soit 91 de moins que le candidat UMP mais surtout 1 826 voix de moins que le total UMP – DVD de 2004.
Passées en partie au FN ? Attirées, en quelque sorte ?

A gauche, le candidat PCF a fait 2 636 voix, gagnant donc 493 voix sur le total de 2004 ( comme quoi...) mais la candidature Verts investie par le PS n'a fait que 987 voix, soit moins que le score du seul candidat PS de 2004...

Au second tour, le candidat FN gagne de 5 voix en faisant 4 407 voix, soit assez nettement en dessous du total UMP – FN du premier tour ( 4 738 voix ) et ce, malgré 448 électeurs de plus.

Le candidat PCF sortant fait 4 402 voix, soit un total supérieur au total de gauche du premier tour de 779 voix, nettement supérieur à la seule hausse optique des exprimés.

Dans le même temps, nous avons une hausse des blancs et nuls de 565.

Si vous voulez mon avis, la moitié des électeurs UMP ont voté FN sans difficultés, et l'autre moitié s'est partagée entre le plus des votes communistes et des votes blancs et nuls.

On notera aussi que le total de voix FN au second tour 2011 est assez éloigné du total FN UMP de 2004 ( 5 901 voix ) alors que le candidat PCF a retrouvé, à 300 voix près, le nombre de votes du second tour 2004.

Et ce, avec 3 000 nouveaux électeurs...

Carpentras Nord, maintenant.

En 2004, 19 354 inscrits et 11 773 exprimés au premier tour.

Trois candidats : le PS avec 4 415 voix, suivi de très près par le FN avec 4 396 voix et la droite en dernière position avec 2 962 voix.

Une situation qui conduit à un second tour identique au premier, avec les mêmes candidats.

Le nombre des exprimés passe à 12 952, soit un plus particulièrement net.

Le candidat PS est élu avec 5 216 voix contre 5 088 au candidat FN ( 39,28 % ) et 2 648 voix pour l'UMP.

Soit un gain de 801 voix pour le PS, de 692 pour le FN et un tassement de 314 voix pour l'UMP.

Un électorat de droite qui a donc, sans problème, joué utile au second tour en votant en partie pour le candidat FN sans trop se poser de questions.

En 2011, on compte environ 21 000 inscrits mais le nombre des exprimés passe à 9 053 au premier tour.

A gauche, le candidat PS se qualifie avec 2 082 voix, et l'ensemble des candidats de gauche obtiennent 3 218 voix, soit une déperdition d'un bon quart sur le total des électeurs 2004.
A droite, le candidat UMP chute à 1 379 voix, alors même qu'il est depuis 2008 maire d'une des communes du canton.
En ajoutant un autre divers droite et un Modem, on arrive à 2 030 voix, soit plus de 900 voix perdues sur 2004.
A l'extrême droite, on arrive à 3 760 voix, dont 3 044 pour le candidat FN et 716 pour celui de la Ligue du Sud.
Le canton est à côté de ceux d'Orange, pour mémoire...

C'est à dire que l'extrême droite laisse en route 636 voix sur les 4 396 de 2004.

Mais au jeu du qui perd gagne, c'est le candidat FN qui s'en sort le mieux et qui se retrouve avec quasiment 1 000 voix de plus que le sortant PS.

Au second tour, le candidat FN est élu avec 5 367 voix contre 4 510 au candidat PS.

Alors, bien sûr il manque environ 400 voix sur le total Droite FN du premier tour, bien sûr il y a 443 bulletins blancs et nuls de plus, mais il y a aussi 824 votants de plus et le candidat FN finit en faisant plus que son total 2004 même s'il manque environ 30 % des électeurs FN et UMP de cette époque au second tour...

Le candidat PS fait une sorte d'exploit, en faisant 4 510 voix, puisque cela fait 1 292 voix de plus que le total de gauche du premier tour.

Mais ce n'est que son score du premier tour 2004 et donc 700 voix en dessous du score du second tour de la même élection.

Un électorat de gauche qui fait du surplace et un électorat de droite déjà habitué à voter FN et qui persévère et voilà comment le tour est joué, pour un conseiller général élu par un petit peu plus que le quart des inscrits du canton...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Présence du Front National

Messagede vudeloin » Lun 11 Avr 2011 00:31

HORATIO a écrit:
vudeloin a écrit:Oui mais tu as aussi des endroits où il s'est retrouvé au second tour parce qu'il n'y avait pas de candidat de la droite classique .

Quand un candidat UMP est présent au second tour, on ne précise pas que c’est parce qu’il n’y avait pas de candidat FN, pourtant les scores nationaux de ces deux formations sont proches.
Aucune de ces deux formations n’a spécialement cherché à ménager l’autre.
Le FN a des problèmes d’implantation et d’encadrement dans plusieurs régions.
L’UMP en a moins, mais en a tout de même dans plusieurs départements.


Oui sauf qu'il y a des endroits où cela commence à être un sérieux problème : je cite au hasard l'ensemble de Midi Pyrénées, sauf le catholique Aveyron ; le Nord Pas de Calais ( 40 des 42 candidats FN en duel face à la gauche sans l'UMP ! ), les Bouches du Rhône où le FN était seul face à la gauche à Marseille dans les 6 cantons gardés par la gauche et dans une majorité des cantons du reste du département, la Seine Maritime où les huit candidats FN du second tour sont tous opposés à des candidats de gauche, sans oublier le Languedoc Roussillon où les candidats FN de l'Hérault et la plus grande partie de ceux du Gard ( à l'exception de deux cantons nîmois ) étaient seuls face à la gauche.

Quant aux problèmes d'implantation du FN, ils sont réels.
A l'Est de la ligne Caen Perpignan 90 % de cantons avec un candidat.
A l'Ouest, 50 %

Et, dans certaines régions, le nombre des candidats FN est en baixse de 2004 à 2011. Il passe ainsi de 24 à 14 dans la région Centre, qui fut pourtant l'un de ses premiers foyers.
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

Re: Présence du Front National

Messagede HORATIO » Lun 11 Avr 2011 01:09

@ vudeloin
Triangulaires : tu n’étais sans doute pas assez concentré(e) puisque tu as oublié le département de la Somme et ses 3 triangulaires :

Pourcentages, 1er tour, 2ème tour.

Montdidier
PS : 42,32 46,57
FN : 27,83 28,66
UMP : 25,15 24,77

Roye
PS : 41,71 47,51
Div maj
ou
Div D : 27,25 26,94
FN : 26,76 25,55

Neslé
Div G : 49,94 52,53
Maj P : 26,16 24,64
FN : 23,90 22,83

4 + 3, cela ferait donc bien 7 triangulaires avec le FN.
HORATIO
 

Re: Présence du Front National

Messagede vudeloin » Lun 11 Avr 2011 09:38

Comme tu le vois aisément, tous cantons situés à l'Ouest de la ligne Caen Perpignan ;)

Ceci dit, cela veut dire que, contrairement à quelques données publiées dans la presse, nous aurions été à 405 candidats FN et non 402...
vudeloin
 
Messages: 8288
Inscription: Mer 5 Jan 2011 11:39
Avertissements: 3

PrécédenteSuivante

Retourner vers Élections cantonales de 2011

Vidéos

Découvrez notre sélection de vidéos en lien avec l'actualité.

Voir toutes les vidéos

Mémento du président du bureau de vote

Joël Clérembaux

Ce mémento a été conçu et réalisé pour permettre aux présidents des bureaux de vote de disposer d'outils pratiques à mettre en oeuvre avant, pendant et après le scrutin. Il expose les principales tâches qui incombent au président du bureau de vote pour...

Découvrir l'ouvrage

Guide de l'élu délégué à l'économie et à l'emploi

Jérôme Dupuis

Ce guide dresse une synthèse des leviers d'action au service de l'économie et de l'emploi communaux, sans oublier les articulations avec l'intercommunalité, acteur désormais essentiel du domaine. Il s'attache aussi à répondre aux questions suivantes...

Découvrir l'ouvrage

Découvrez tous les ouvrages de

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités